Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 décembre 2018

Edelweiss

ARTICLE ET DESSIN MIS A JOUR CE LUNDI 10 DECEMBRE

gif animé Paysage

lundi 26 novembre 2018 - introduction

 

  « On ne va tout de même pas en faire toute une montagne … »

     

Les Allemands s'exclameraient :

« Viel Lärm um nichts» (Tant de bruit pour rien) ;

« Aus einem Furz einen Donnerschlag machen » (Faire un coup de tonnerre d'un pet) ;

« Aus einer Mücke einen Elefanten machen » (Faire d'une mouche un éléphant).

 

Les Anglais diraient :

« To create a storm in a tea cup » (Faire un orage dans une tasse de thé) ;

« To make a mountain out of a molehill » (Faire une montagne d'une taupinière).

 

Les Roumains préféreraient :

"A face din ţânţar armăsar" (Faire d'un moustique un étalon).

 

Les Tunisiens lâcheraient :

"Men habba yebni kobba" (D'une graine, il construit une voûte).

 

Je n’irai donc pas par monts et par vaux car, vous l’avez compris, j’ai dessiné il y a dix ans… des montagnes.

Un pari un peu fou, me disais-je en un premier temps, il y a 10 ans…

Alors (tel un cycliste escaladant un col alpin en fin d'étape du Tour, se motivant en pensant Je n’ai rien à perdre, mais tout à gagner, décidant subitement de fausser compagnie à ses compagnons d'échappée pour attaquer en solitaire la pente de plus en plus raide qui le rapprochera mètre par mètre du sommet), je me suis lancé sans trop tergiverser dans le travail, seul avec mes portemines, en tête-à-tête avec les pics enneigés d'une photo savamment choisie, que voici :

 

MONTAGNE.jpg

  Rien à perdre, tout à gagner !  

 

Voici donc la première étape - oh, autant le dire moi-même, sans grand intérêt - de ce dessin pas à pas que je vous annonçais il y a quelques jours, ce dessin de montagnes enneigées que je nomme "Edelweiss", un dessin publié en 2010 sur mon précédent blog OB, un dessin ayant fait l'objet à l'époque de plusieurs articles successifs que je réédite ici avec quelques modifications et simplifications. 

dessin-de-montagne-enneigee---01.JPG

Mais patience ...

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif


mise à jour du jeudi 29 novembre 2018

 

 Qui ne connaît ce fascinant tableau de Magritte intitulé "Le domaine d’Arnheim" (1938).

 

eggwitheagle.533.jpg

“Le domaine d’Arnheim,” 1962, oil on canvas, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Brussels.  

Courtesy of Art Resource. © 2008 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York.

 

Quel bonheur d'avoir pu admirer (il y a huit ans) cette fabuleuse toile au Musée Magritte Museum de Bruxelles, installé Place Royale depuis le 2 juin 2009 dans l'Hôtel Althenloh appartenant aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (plus de 500 000 visiteurs en un an pour la plus importante collection au monde des oeuvres de l'artiste).

Le chef de file des surréalistes belges admirait Edgar Allan Poe : en lui empruntant ce titre pour désigner une montagne prenant la forme d’un rapace, il ne pouvait rendre un plus vif hommage à son plus grand inspirateur.  Devant un ciel nocturne se détache ce qui semble être une tête d’aigle.

Et pourtant non, comme vous le savez, ceci n’est pas un aigle!  D’ailleurs, ceci n’est pas une montagne!  C’est l’image d’une montagne se transformant en rapace, ou encore la représentation d’un rapace qui se métamorphose en montagne. Pareil pour ce nid rempli d’œufs posé sur un muret au bas du tableau : ils ne sont pas réels, ils ne sont que l’image de quelques œufs délicatement déposés dans un dessin de nid!

Tout cela n’est qu’illusion.

Tout cela n’est que le fruit de l’imagination qui surpasse le réel.

Tout cela n'est qu'une fantastique création d'un peintre surréaliste extraordinaire.

 

Ce qui suit n'est donc pas une tête de pygargue à tête blanche mais mon dessin d'une superbe tête d'oiseau ! (un clic sur l'image permet de revoir ce dessin)

pygargue - dessin progressif 10

 

Une photo de montagnes enneigées …

MONTAGNE

 

02---montagnes-enneigees----photo.jpg

02---dessin-de-montagnes-enneigees.JPG

un détail de la photo

un détail de mon dessin

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

mise à jour du dimanche 2 décembre 2018

L'on connaît moins, peut-être, les autres versions du "Domaine d’Arnheim" peintes par Magritte. Ou parfois, probablement, l'esprit les confond.

Cette gouache par exemple ! Je vous laisse le soin de la comparer à l'oeuvre exposée aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, visible plus haut dans l'article, et de vous exercer au jeu des différences ...

 

Le-Domaine-d--Arnheim---Magritte.jpg

“Le domaine d’Arnheim,” 1962, gouache on paper.

(Private Collection. © 2008 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York)

 

Ou encore cette peinture à l'huile ô combien différente, avec, entre autres variantes, la disparition du nid.

1938 Magritte Le Domaine d'Arnheim, 73x100 cm

“Le domaine d’Arnheim,” 1938, oil on canvas.

(Ex-Edward James Foundation, Sussex, UK. Courtesy of the Bridgeman Art Library.

© 2008 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York)

 

Que penser de celle-ci (une gouache à nouveau), quelque peu similaire certes, de prime abord, mais pourtant, si différente quand on  l'observe très attentivement.

magritte---le-domaine-d-arnheim---3--.jpg

“Le domaine d’Arnheim,” c. 1944, gouache on paper.  

(Private Collection. Courtesy of Art Resource.

© 2008 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York)

 

Enfin, je terminerai par cette version du "Domaine d'Arnheim" qui suggère, me semble-t-il, que le paysage a été peint sur le verre, le verre imitant la scène visible derrière ! L'aigle, bien évidemment, se retrouve à la fois sur le verre et dans le paysage.

 

magritte - le domaine d'arnheim

“Le domaine d’Arnheim,” 1949, oil on canvas

(Private Collection. © 2008 C. Herscovici, London/Artists Rights Society (ARS), New York)

 

J'ose espérer que mon dessin soutienne la comparaison avec la photo d'origine, et -pour l'instant du moins- je vous promets qu'il n'en existe qu'une seule version, loin d'être aussi célèbre qu'un Magritte, et pour l'instant encore, sous vos yeux, très éloigné de son achèvement.

Mais on avance, on avance... (Comme le chante Souchon).

 

  La photo de montagnes enneigées qui m'inspire …

MONTAGNE

03---montagnes-enneigees---photo.jpg

03 - dessin de montagnes enneigées

un détail de la photo

un détail de mon dessin

 

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

 

mise à jour du mercredi 5 décembre 2018

 

Regardez ce dessin !

Non, ce n’est pas une nouvelle étape de ce dessin de montagnes enneigées

que je vous propose depuis six jours.

Je n'en suis pas l'auteur !

Elmar-Peintner----Plattein-uber-Muttekopf---2008.jpg

"Plattein über Muttekopf - 2008"

Si je vous le présente ce jour, c’est tout simplement parce que, la première fois que je l'avais admiré sur un site internet, j'avais pensé - prétentieusement sans aucun doute, je l'avoue - : "Lui y arrive, n'en serais-je pas capable moi aussi ?".  D’emblée, je dois vous avouer que lui, cet artiste dont je vous parle, n’est pas n’importe qui …  Cet Autrichien originaire du Tyrol jouit d’une réputation internationale dans le monde du graphisme !  Si je tais son nom aujourd'hui, c'est pour mieux vous en parler bientôt, je vous le promets.

Place à mon dessin maintenant ... bien à moi celui-là !

04 - montagnes enneigées - photo

 

04 - dessin de montagnes enneigées

un détail de la photo

un détail de mon dessin

  04 - dessin de montagnes enneigées

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

mise à jour du samedi 8 décembre 2018

 

 

 

Lui ...

Lui, cet artiste autrichien originaire du Tyrol,

vous disais-je en promettant d'en reparler,

n'est pas n’importe qui... 

Son nom :  Elmar Peintner !

Afin de ne pas alourdir cet article,

je vous invite à le découvrir plus amplement

sur une page séparée,

en cliquant sur son dessin de montagne ci-contre,

 

non sans avoir regardé auparavant

la mise à jour de mon dessin, ci-dessous,

qui progresse maintenant telle une avalanche !

 

 

Elmar Peintner - Plattein über Muttekopf - 2008

05---montagnes-enneigees---dessin.JPG

 

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

 

mise à jour du lundi 10 décembre 2018

Aujourd'hui, pas de longues phrases.

Après la présentation d’œuvres de René Magritte lors de la mise à jour du 2 décembre, puis celle de dessins signés Elmar Peintner le 8 de ce mois, pas d'autre présentation aujourd'hui, à l'exception de celle de l'avancement de mon dessin.

Vous avez pu observer précédemment les pentes escarpées et enneigées des versants droits de la montagne.

Aujourd'hui, gros plan sur le piton rocheux visible au côté gauche du massif montagneux ...

 

06 - montagnes enneigées - dessin

 

... piton surplombant de longs pans ensoleillés recouverts de neige immaculée, facile à dessiner !

 

07 - montagnes enneigées - dessin

Gros plan, aussi, sur les versants gauches du massif montagneux que je dessine !

 

VERSANTS%20GAUCHE.jpg

  Bientôt, je pense être en mesure de vous montrer le travail achevé ! 


 

PROCHAINE MISE A JOUR

PREVUE  CE JEUDI

13 DECEMBRE

 

762519450.gif

3199407460.gif

 

 

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

659764092.gif

 

Publié dans MERVEILLEUSE NATURE | Tags : montagnes enneigées | Lien permanent | Commentaires (0) |

19 novembre 2018

LA SAISON DES FRIMAS SUR LES HAUTES-FAGNES

20 NOVEMBRE 2018

      bientôt : un nouvel article accompagnant le dessin pas à pas   

     "Edelweiss" (un dessin de montagnes enneigées)        

     introduction : photos personnelles, année 2010     

 

réédition, partiellement revue, d'un article paru à l'époque

sur mon précédent blog OB, aujourd'hui abandonné

 

reserve-naturelle-copie-2.JPG

                            Vieux-Continent.JPG               signal-de-botrange.gif
                                 

Non, vous ne pouvez pas avoir oublié...  Sur tout le Vieux Continent, l'hiver 2009-2010 a sévi, rigoureux :  chutes de neige fréquentes et gel quasi perpétuel !  Le spectacle journalier, pendant plus de deux mois -peut-être trois, voire quatre dans certaines régions- de sols couverts de neige en permanence, jusque dans les plaines !

Parmi les périodes de froid qui se sont ainsi succédé, vous souvenez-vous des premiers jours de janvier 2010 ? De la Grande-Bretagne à l’Espagne en passant par la France et l’Allemagne, d’importantes chutes de neige et un gel persistant et très prononcé avaient perturbé la vie économique de nombreux pays européens.

Ni le sud-est français, souvent placé alors en vigilance orange, où des villes comme Avignon et Orange s'étaient réveillées un jour sous plus de 20 cm de neige, ni les côtes bretonnes n’avaient été épargnées : les routes étaient difficilement praticables et les pannes de courant s'étaient multipliées.

La Grande-Bretagne, qui traversait sa pire vague de froid en 30 ans, avait grelotté. Certains jours, le mercure était descendu sous la barre des -21 degrés Celsius dans les Highlands d’Écosse. Les médias britanniques avaient recensé une vingtaine de morts attribuées aux conditions météorologiques exceptionnellement froides. Là, comme partout ailleurs, les transports ferroviaires, aériens et routiers étaient grandement désorganisés. Le manque de sel d'épandage pour les routes avait causé des maux de tête aux autorités et aux automobilistes. Le réseau de distribution britannique de gaz avait même dû prévenir une centaine d'entreprises qu'elles devaient trouver, provisoirement, des sources d'énergie alternatives.

Le trafic de l'Eurostar, le service de trains à grande vitesse qui relie Londres, Paris et Bruxelles, avait été perturbé comme jamais depuis sa création : la moitié des trains normalement offerts ne prenaient pas le départ, cela pendant des jours et des jours.

Le nord de l’Allemagne avait reçu jusqu'à 40 centimètres de neige par endroits, ce qui avait nui aux transports et à la mobilité en général. Une dizaine de sans-abri étaient morts au cours de cette vague de froid.

Plus au sud, l'Espagne était frigorifiée. Des alertes météorologiques étaient en vigueur dans presque tout le pays en raison des chutes de neige abondantes, du froid et des vents forts qui soufflaient.

Le tunnel du Gothard, qui relie la Suisse à l'Italie, avait été fermé pendant vingt-quatre heures en raison des accumulations de neige.

 

Tous, vous aviez sans doute vu des images de tout cela …
 
Permettez-moi de vous montrer (ou remontrer, si vous me suiviez auparavant sur mon précédent blog) quelques étonnantes photos d’une promenade que je fis dans les Hautes Fagnes belges, proches de chez moi, mon lieu de prédilection lorsque j'ai besoin de prendre un bon bol d'air pur en me dérouillant les jambes. C'était le 4 janvier 2010, lors de l'offensive hivernale du moment. L'attrait de ces photos, vous le découvrirez sous peu, ne réside pas tant dans la quantité de neige, finalement dérisoire -juste quelques centimètres- mais dans l’accumulation de givre due au gel permanent pendant plusieurs semaines, liée à une humidité persistante, que l'on appelle "frimas".
 
Jamais je n’avais eu la chance d’observer aussi intensément pareil spectacle de la nature.

Spectacle unique ... dont le droit d'entrée n'est pas élevé :
tout au plus, en final, 4 € pour une bonne bière spéciale belge,
accompagnée de cacahuètes, de quelques fines tranches de salami ardennais,
et des traditionnels "petits fromages" assaisonnés au sel de céleri.

 

bieres.jpg


Mais revenons à ce spectacle de la nature...

En anglais, on parle de FOGGY WINTER WEATHER ;
  en français, il se nomme FRIMAS HIVERNAL.


DSCN7843.JPG
Pourtant, le soleil ne brillait pas ce jour-là :
pas d’étincelant ciel bleu pour quelques photos, prises au petit bonheur la chance, pour le souvenir.
« On verra bien ce que cela donnera ! » m'étais-je dit. 
En les transférant sur l’ordinateur, j’avais tout d’abord pesté :
« Mon appareil numérique était réglé en noir et blanc ! ». 
Pourtant non : cette impression de photo noir et blanc
n’était due qu’au manque de couleur ambiante.

Regardez : quel spectacle !
 

DSCN7844.JPG

 

DSCN7845.JPG 

Permettez-moi, chers lecteurs, avant de vous montrer d’autres vues, de vous parler un peu de ces Hautes Fagnes, sans aucun doute un des paysages les plus admirables et originaux des Ardennes belges : de fortes précipitations -le haut plateau fagnard est le premier obstacle (à près de 700 mètres d'altitude) rencontré par les nuages amenés par les vents atlantiques dominants-, des hivers longs et rigoureux, une température moyenne basse et un sous-sol constitué de roches et d'argiles peu perméables qui empêchent l'infiltration de l'eau, ont favorisé le développement de milieux humides comme les marais et les tourbières et ont permis le maintien de nombreuses espèce végétales montagnardes rares.

 

DSCN7846.JPG

 

DSCN7847.JPG

 

DSCN7848.JPG

 

Le paysage fagnard d’aujourd’hui s’est formé en grande partie sous l’influence de l’homme. Les anciennes pratiques agropastorales, comme le pâturage, l’essartage, la récolte du foin et l’exploitation de la tourbe ont entraîné la formation de milieux ouverts.

 

DSCN7850.JPG

 

DSCN7851.JPG

 

Pourtant, jusqu’au Moyen Âge, les Hautes Fagnes étaient encore couvertes à 90% de forêts feuillues. A partir de 1840 environ, d’importantes surfaces de landes ont été replantées avec des épicéas qui ont fait régresser fortement la superficie des tourbières, jadis les seules zones non boisées, parce que l’eau y affleurait, favorisant la création d’une couche de tourbe pouvant atteindre une hauteur de plusieurs mètres.

 

DSCN7852.JPG

 

DSCN7853.JPG

 

DSCN7854.JPG 

C’est le seul vaste biotope naturel belge qui ait subsisté jusqu’à nos jours. Son maintien nécessite d’importantes mesures de protection.  Afin de conserver la flore et la faune, une superficie de 4500 hectares a été classée en réserve naturelle dès 1957.

 

DSCN7855-copie-1.JPG

DSCN7856

 

DSCN7857-copie-1.JPG

 

La forêt originelle - hêtraie et chênaie à bouleaux - a été détruite au cours des siècles par le feu, les coupes abusives, le pâturage et la mise en culture. L’épicéa a été introduit au siècle dernier. Avec d’autres résineux, il couvre 90% de l’étendue boisée des Hautes Fagnes. Le hêtre et les autres feuillus occupent le reste. La tendance actuelle est de favoriser le feuillu et la gestion écologique des peuplements en pratiquant de fortes éclaircies, propices à la faune et à la flore, ainsi qu’à la restauration du sol.

Bon nombre de cours d’eau de la région prennent naissance sur ce plateau, comme la Hoëgne qui coule près de chez moi. Leur débit est torrentiel et régulé par cinq barrages alimentant plus d’un million d’habitants en eau potable. Les dépôts de tourbe qui couvrent la Fagne et les différentes couches géologiques sur lesquelles ils reposent agissent comme un gigantesque filtre naturel pour déminéraliser l'eau et la purifier : ce sont précisément ces eaux qui sont commercialisées par la firme Spa Monopole qui produit  annuellement plus de 700 millions de litres de cette réputée "Eau de Spa".

DSCN7858.JPG

DSCN7859.JPG

DSCN7860.JPG

La grande faune sauvage -cerf, chevreuil et sanglier - est représentée dans toute la région (Les populations sont évaluées à plus de mille cerfs, près du double de chevreuils et un millier de sangliers). D’autres animaux protégés tels que le tétras lyre, la martre et le chat sauvage sont également présents de même que de nombreux oiseaux et insectes spécifiques. On trouve des espèces végétales rares colonisant les tourbières et les zones humides, telles la narthécie, les linaigrettes, la bruyère quaternée, l’andromède, la trientale d’Europe, la canneberge... 

N’oublions pas l'airelle et la myrtil chère à Jean Ferrat, ami du poète Louis Aragon, cet amoureux des mots célèbre pour ses œuvres devenues des classiques de la chanson française, réputé aussi pour son engagement politique, dont la disparition le 13 mars 2010 m'avait personnellement beaucoup chagriné.

DSCN7861.JPG

DSCN7863.JPG

DSCN7862.JPG

En ce 19 novembre, l'hiver vient de s'annoncer par quelques flocons de neige ! Et comme chaque année à pareille époque, pendant quelques jours, cela m'a fait chaud au cœur d'entendre les oies sauvages descendre vers le Sud. Ces vols en formation en chevron  -appelée communément formation en "V" - que j'ai eu la chance d'observer à plusieurs reprises ces derniers jours, annoncent que soleil et douceur risquent probablement de disparaître pendant quelques semaines. Mais le phénomène migratoire n'est pas uniquement dépendant de la météo et le processus hormonal,lié à la contrainte alimentaire, sont les principales causes du départ.
 

22 octobre 2018

Tseten, vieux Tibétain en exil.

 

ARTICLE ET DESSIN PAS À PAS

ULTIME MISE A JOUR EN BAS DE PAGE

CE VENDREDI 26 OCTOBRE

prochaine publication prévue à la mi-novembre

 

mardi 2 octobre 2018

2080808762.JPG

jeudi 4 octobre 2018

1000793578.JPG

1959. Tseten a presque 50 ans quand il est forcé d'abandonner son troupeau de chèvres et yacks pour fuir le Tibet. Comme lui, 2000 Tibétains vivent alors dans un camp de réfugiés près de Choglamsar, au Ladakh, à quelques kilomètres de Leh, en Inde. Il n'y possède plus qu'une chèvre et un petit lopin de terre où poussent quelques légumes :

"Grâce à ma culture bouddhiste, je suis heureux de vivre, quelque soit où..."

samedi 6 octobre 2018

113691738.JPG
Le Ladakh a accueilli ses premiers réfugiés tibétains peu de temps après la fuite du Dalaï-Lama. La majeure partie des réfugiés sont arrivés au cours des années soixante.

1959. 100 000 Tibétains ont suivi le Dalaï-Lama dans son exode en Inde où il crée, dirige et démocratise le gouvernement tibétain en exil jusqu'en mars 2011. Il prend alors sa retraite : pour lui, le rôle politique des Dalaï-Lamas est dépassé et doit laisser place à la démocratie.

lundi 8 octobre 20183034976330.JPG

 
1959. La majorité des Tibétains en exil viennent de l'Ouest tibétain. Comme le Ladakh est la terre étrangère la plus proche, vraiment très proche, ils traversent tout simplement la frontière à pied avec moutons et yaks.

Au Ladakh, les réfugiés tibétains se retrouvent dans un environnement familier. Mêmes montagnes rocheuses et prairies d'altitude, même climat intense et sec. Les habitants parlent la même langue, portent les mêmes vêtements, vénèrent les mêmes déités, mangent la même nourriture et boivent le même thé au beurre...

Le Ladakh est une région himalayenne de culture tibétaine, les réfugiés s'y installent - dans les années soixante - sans connaître le choc culturel vécu par ceux qui se retrouvent dans les autres régions d'Inde.

mercredi 10 octobre 2018

Tsetsen, comme tant d'autres Tibétains qui font leur marche définitive vers le Ladakh en 1959 ou ensuite, ne se considèrent pas directement affectés par l'occupation chinoise, car ils sont majoritairement de familles pauvres.

Mais ils n'ont pas de liberté religieuse.

L'interdiction de la religion est le premier argument invoqué par la plupart des réfugiés

pour expliquer pourquoi ils ont fait le choix de l'exil.

D'autres causes semblent toutefois jouer un rôle déterminant dans leur décision, parmi lesquelles l'emprisonnement des leader locaux, la conscription des garçons dans l'Armée Populaire de Libération et la collectivisation des terres qui commence à être mise en oeuvre après la fuite du Dalaï-Lama.

2307275258.JPG

vendredi 12 octobre 2018

Plus de 150 000 Tibétains vivent en exil à travers le monde. Une diaspora dynamique, regroupée autour de leur chef spirituel, le Dalaï-Lama, revendique l’originalité de sa culture et rêve pour l’immense majorité de retourner dans son pays, occupé depuis plus de 40 ans par les Chinois.

Sous prétexte d’apporter éducation, culture, hygiène et accès à un monde économique extérieur, le gouvernement de Mao a envahi petit à petit, dés 1949, les différentes provinces composant le Tibet et ainsi le "libérer". Mais de quoi ?


Le Tibet c’est 1 200 000 morts sur une population de 7 millions, plus de 6 000 monastères détruits, 8 millions de Chinois pour 6 millions de Tibétains vivant dans la Province "Tibet autonome", les deux autres provinces - l’Amdo et le Kham - ayant déjà été annexées par la Chine.

3458614058.JPG

lundi 15 octobre 2018

La guerre contre le terrorisme islamiste n’a pas encore été gagnée et risque de durer encore longtemps. La Chine ne profite-t-elle pas de l’aubaine pour faire légitimer sa répression sous couvert de lutte contre ce terrorisme ?

Mais où sont les terroristes au Tibet ?

Au crédit de son compte d’exploitation intra-muros, la Chine inscrit une plus grande marge de manœuvre dans la répression des minorités environnantes : celle des Ouighours du Xinjiang à majorité musulmane ; celle des Bouddhistes tibétains du Tibet ; celle des Chrétiens du Nord-Est. Tous ces peuples revendiquent davantage leur identité culturelle que leur indépendance. Mais le gouvernement de Pékin semble ne rien entendre. Il recherche avant tout l’union de toutes les nationalités : 团结 ( tuanjie / tuánjié ),  l’unité avant tout, quitte à éliminer ces minorités dites activistes.

4081478298.JPG

jeudi 18 octobre 2018

Nombreux sont les Tibétains qui ont quitté clandestinement leur pays dans l’espoir d’échapper au sort qui leur est réservé. Ou même parfois des parents confiant leurs enfants à des petits groupes qui fuyaient, quitte à leur faire affronter la barrière himalayenne pour qu'ils soient éduqués dans leur culture, en Inde en particulier, proche du Dalaï-Lama.

Dans le sillage du Dalaï-Lama, prix Nobel de la paix en 1989, un vaste réseau de soutien et d’aide s’est mis en place pour aider cette lutte non violente : création d’écoles où les cours sont dispensés en tibétain, développement de centre de santé traditionnel, préservation de la culture par la création de troupes de danses et théâtre tibétains.

Le développement de centres d'apprentissage tournés vers des métiers d'avenir et aussi la réflexion d'un statut juridique tibétain est autant d’exemples de la survie de la culture tibétaine en exil.

1897332043.JPG

 

lundi 22 octobre 2018

En mars 2008, à l'occasion du 49e anniversaire de sa fuite de Lhassa, le Dalaï-Lama dénonce la politique de la Chine au Tibet dans un discours prononcé à Dharamsala, en Inde, où il vit en exil; Il accuse Pékin de "violations énormes et inimaginables des droits de l'homme", de "négation de la liberté religieuse" et de "génocide culturel". Dans le même temps, quelques centaines de moines manifestent à Lhassa.

Les contestataires tibétains en exil et les dissidents chinois tentent de faire entendre leur voix à l'approche des jeux Olympiques qui doivent se dérouler à Pékin en août. Le lendemain, à Lhassa, les forces de sécurité chinoises répriment les manifestations de moines qui demandent la libération de leurs frères arrêtés la veille. Les jours qui suivent, des affrontements meurtriers opposent des émeutiers tibétains aux forces de sécurité chinoises. Le gouvernement tibétain en exil estime à plus d'une centaine le nombre des victimes. Très vite, Lhassa est placé sous couvre-feu, le séjour des touristes est interdit et les permis spéciaux dont sont porteurs les journalistes étrangers permettant de circuler dans la Région autonome du Tibet sont suspendus.

À l'expiration de l'ultimatum adressé aux émeutiers de Lhassa pour qu'ils se rendent, les forces de sécurité chinoises procèdent à près de cinq mille arrestations : les prisonniers sont condamnés à de lourdes peines de prisons et des exécutions. Le Premier ministre chinois Wen Jiabao déclare que celles-ci ont été "formentées et organisées par la clique du Dalaï-Lama" dans le but de "saboter les jeux Olympiques de Pékin".

Depuis 2009, au moins 152 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour demander la liberté et le retour du Dalaï-Lama. Âgé de 82 ans, il a mis en place la démocratie pour les en exil, avant de démissionner de toute fonction politique en 2011.

1282856187.JPG

vendredi 26 octobre 2018

2 mars 2018. À l'approche du 59e anniversaire du soulèvement tibétain du 10 mars 1959, qui est aussi le 10e anniversaire des manifestations de 2008 lourdement réprimées, l'armée chinoise se livre à une démonstration de pouvoir en effectuant un exercice massif à Lhassa, appelé le "Mur d'acier", afin de montrer qu'elle est "prête au combat" si une manifestation éclate durant le mois de mars. Ce spectacle de la puissance militaire chinoise souligne la forte militarisation du plateau tibétain, ne se limitant pas à Lhassa.

Chaque année, partout dans le monde, le 10 mars, les Tibétains en exil commémorent pacifiquement ces évènements, de Paris à Genève, pour promouvoir par la non-violence la résolution du conflit sino-tibétain. 

 

2319082799.JPG

Dessin d'après une photo de Phil Borges

Sources :

AGORAVOX, le média citoyen

PHOTOKUNST, Phil Borges

UNIVERSALIS, Chine, émeutes au Tibet

 

Une source d'information nouvelle, non exploitée dans cet article,

pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet :

histoire des civilisations : le Tibet

le génocide tibétain

 

Retrouvez deux autres dessins d'après photo de Phil Borges, publiés sur ce blog en 2013 et 2014 :

Le trésor de Yama

Jigme et Sonam

 

prochaine publication

prévue à la mi-novembre

 

3199407460.gif

 
 

762519450.gif

Publié dans VISAGES DU MONDE | Tags : ladakh, tibet, dalaï-lama, phil borges | Lien permanent | Commentaires (7) |