Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2019

Incendie de Notre-Dame de Paris : défigurée, mais encore DEBOUT.

notre-dame-de-paris-gargouilles-aout.jpg

Notre-Dame de Paris, août 2011

 

C'était en 2011, par un ciel d'été bleu moutonné de nuages légers comme fumée...
 
Elles menaçaient du poing, les anciennes gargouilles. Penchées sur l'univers, elles criaient au malheur de se tenir au loin. Elles étaient becs et ongles la gangue de laideur qui enserre le sacré pour que toute beauté se repose au secret.
Les yeux toujours ouverts, cornes à crever le vent, ailes à pointes de flèches, mâchoires à recracher les déluges et les guerres,
éternelles en diable, elles étaient les gardiennes.
 
Elles le savaient sans doute, ce que nous ignorions, qu'un temps pourrait venir où tout vacillerait. 
Les gargouilles, le sacré, la splendeur et les griffes, et tant de vieilles pierres où nos coeurs s'abritaient.
Dans la fumée qui monte vers le ciel qui noircit,
empuantie de cendres, 
comme un encens mauvais.
lundi 15 avril 2019, incendie de Notre-Dame de Paris
 

Les gargouilles de Notre-Dame

publié le par Carole, sur son blog "Chemin des jours"

 

Publié dans BATIMENTS ETONNANTS ET REPUTES, SCENES DE VIE | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

Le magnifique style de Carole, personnifiant les gargouilles dont la laideur voulait interdire au Mal de pénétrer dans la Cathédrale aux mille trésors, sculpte, à son tour, avec des phrases bouleversantes la beauté et l'horreur, le drame et l'attente...

Écrit par : Améthyste | 20 avril 2019

Répondre à ce commentaire

Oui, j’ai apprécié, comme vous maintenant, le merveilleux style de Carole, et n’ai pas résisté à l’envie d’y faire écho sur mon blog, à l’occasion de ce dramatique incendie dont la cathédrale encore debout se relèvera plus belle encore, c’est sûr…

Carole nous rappelle avec tant de beauté que les gargouilles à l’aspect peu engageant ont pour mission symbolique de rappeler que le Bien règne à l’intérieur de l’édifice religieux, et de maintenir éloigné de ces lieux consacrés le Mal, les non-chrétiens, les ennemis de Dieu, outre ce rôle purificateur associé au Bien en ingurgitant les eaux usées pour les éloigner des murs…

Écrit par : Jean-Claude | 21 avril 2019

Me revoilou!!!En effet, Carole a très bien dépeint ce que la grand Dame a peu avoir en émotions fortes!!Merci du partage!!Bisous Fan

Écrit par : FAN | 01 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Oui,Carole a un immense talent littéraire et une grande sensibilité.
Ses mots, comme l'a écrit Améthyste avant toi, sont bouleversants...

Écrit par : Jean-Claude | 03 mai 2019

Écrire un commentaire