Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 février 2019

cri de colère

Réédition d'un article, partiellement modifié, et d'un dessin évolutif,

parus en 2010 sur mon précédent blog OB, aujourd'hui abandonné.

article mis à jour ce samedi 16 février

Notez bien que la parution du prochain article

est reportée à la mi-avril 2019

20 JANVIER 2019

Si vous me suivez sur mon blog Hautetfort, ou m'avez déjà suivi sur le précédent Overblog, vous souvenez-vous de ces quelques Dames, aussi respectables qu'âgées, déjà présentées sur mon blog ?

 
SUIVEZ CES LIENS ! Qu'elles soient originaires de l'Ethiopie ou du Rwanda, du Brésil ou de l'Argentine, du Bénin ou de la Mauritanie, du Vitenam ou du Cachemire,  ou encore de l'Argentine,  elles ont toutes accepté, un jour, de prendre la pose sous mes porte-mines et surtout, de nous parler de leur vie au travers de mes articles. Et il y en eut d'autres... et des Hommes aussi !

En ce début d'année, je suis très heureux de pouvoir présenter sur ce blog un autre portrait de belle, vieille et fière Dame ! Mais peut-être certains d'entre vous s'en souviendront-ils dès ses premiers traits...

Pas de couleur : je reste fidèle à mes porte-mines qui me permettent d'élaborer des dessins aux nuances de gris. Celui-ci sera foncé, sombre même, afin de rester le plus fidèle possible à la photo qui me sert de modèle, une photo que j'observe et analyse mm par mm : vous le découvrirez au fur et à mesure de son évolution sur ma feuille blanche.

Vous le savez maintenant, si vous me suivez depuis longtemps, je dessine lentement et patiemment, et vous devrez vous montrer tout aussi patient - comme pour de nombreux autres articles et dessins précédemment publiés - avant de le découvrir achevé et de lire pourquoi je l'ai nommé "cri de colère".

Mon travail vous sera à nouveau présenté, vous l'avez bien sûr compris, sous forme d'article évolutif pas à pas, sous forme de dessin que j'appellerai cette fois trait par trait !

Alors, allons-y pour les premiers traits.  

 

01 - dessin de roms

 

Les yeux, le regard sont des éléments primordiaux de mes portraits...

 Ce premier œil n'est pas encore achevé !

Délibérément, je l'abandonne quelques jours et le retravaillerai plus tard.

J'attendrai de dessiner le second pour les préciser l'un par rapport à l'autre

et les assombrir à l'identique... 

Je vous l'ai dit, ce dessin sera sombre.  Patience !

 


22 JANVIER 2019

 

02----dessin-de-roms.JPG

 

L'oeil, inachevé, n'a pas encore été modifié ou précisé.

Un foulard noir à motifs clairs enserre des cheveux gris.

Rien ne vous permet de déceler le pays d'origine de cette Dame âgée.

Pas grand-chose à dire de plus à ce stade d'avancement du travail.

Sinon que tout va bien et que le modèle me passionne.

 

Sinon que, même si pour vous cela ne revêtira aucune importance - car la différence est invisible à l'écran de l'ordinateur - le papier choisi est totalement différent de celui que j'utilise le plus souvent : moins blanc, légèrement grainelé même, beaucoup plus tendre et dès lors très sensible aux plus légers des traits de mine, il répond immédiatement à la moindre sollicitation de ma part et se prête à merveille au but que je me suis fixé, depuis le début :  réussir un portrait gris, foncé, sombre même.

 

Je n'en suis encore qu'au début ...

Je suis d'accord avec vous : tout cela n'avance pas très vite !

Patience, vous disais-je.

Revenez ce jeudi 24 janvier !  


24 JANVIER 2019

03 - dessin de vieille rom-copie-1

"Vous croyez que c'est sa faute ?

Ne la tenez pas responsable du malaise de société et des problèmes économico-sociaux actuels. 

Non...

Ne la tenez pas responsable de la violence des banlieues,

de l'impunité des grands groupes financiers et économiques,

des dépenses militaires ou du désastre environnemental.

Non...

Ne la tenez pas responsable de l'énorme insécurité

que les plus fragiles d'entre les citoyens

ressentent en cette malheureuse période historique.

Non...

 Non.  Ce n'est pas sa faute !" 

 

- une opinion de l'écrivain italien Antonio Tabucchi -


27 JANVIER 2019

     04---dessin-de-vieille-dame-rom.JPG

 

drapeau_Rom.jpg

le bleu du ciel

la roue de la route

le vert de la prairie

 

Mon peuple : les Roms.

Le nom de mon peuple a été adopté en 1971 par l'Union romani internationale.

Mon peuple est dispersé sur le globe dans une trentaine de pays, pour la plupart en Europe.

Mon peuple y représente la minorité la plus importante en termes numériques.

Mon peuple n'a pas de territoire compact et ne prétend pas à un tel territoire. 

 

Depuis des siècles, chaque État nomme mon peuple en des termes différents. Les Anglais parlent de Gypsies, les Espagnols de Gitanos, les Italiens de Zingari ; les Allemands utilisent le vocable Zigeuner ; en Europe centrale et dans les Balkans, notre nom est nationalisé sous les termes tchèque de Cikan, hongrois de Cigany ou roumain de Tsigani. En France, depuis le XVIe siècle, on nous appelle Gitans, Tsiganes ou Tziganes, Manouches, mais aussi Bohémiens, Romanichels ou encore... Egyptiens.

 

05---dessin-de-vieille-rom.JPG

 


MARDI 29 JANVIER 2019

"TINTIN AU CONGO" devant la justice belge

En 2010, peut-être en aviez-vous entendu parler, Mbutu Mondondoun, un étudiant congolais en Sciences politiques à Bruxelles avait porté plainte pour infraction à la législation sur le racisme et demandé, dans la foulée, à la société MOULINSART, société gérante des droits du dessinateur Hergé, le retrait de la vente de l’album Tintin au Congo qu'il jugeait raciste et insultant à l'égard des Africains. En 2017 déjà, la Commission britannique pour l’égalité raciale avait qualifié l’ouvrage de raciste en considérant que cet album contenait "des images et des dialogues porteurs de préjugés racistes abominables, où les 'indigènes sauvages' ressemblent à des singes et parlent comme des imbéciles."

pour lire l'article paru dans LE MONDE, suivez ce lien s.v.p.

L'année suivante, la justice belge avait définitivement tranché : non, la célèbre bande-dessinée d'Hergé "Tintin au Congo" n'est ni raciste, ni méchante, entendant ainsi clore la polémique.

pour lire l'article paru dans FRANCE INFO, suivez ce lien s.v.p.

Tintin au Congo, avec d'autres BD du célèbre Hergé, restent malgré tout de très contestables classiques de la Bande Dessinée... Permettez-moi d'y revenir plus tard dans l'article.

Mais dites-moi, avez-vous lu TINTIN CHEZ LES ROMS ?  Non ... En êtes-vous bien certains ?

 

06---dessin-de-vieille-dame-rom.JPG   07---dessin-de-vieille-dame-rom.JPG

Soyez rassurés.  TINTIN CHEZ LES ROMS n’est ni le titre d’un nouvel album de Tintin, ni celui d’un inédit ressorti des archives de la "Fondation Hergé et Moulinsart".  Cette BD n’a jamais existé ... quoique ! Attendez !

En France, l'an dernier, en août 2018, plusieurs campements ont été démantelés dans la métropole lilloise. Des opérations courantes dans les 38 départements faisant état de ces bidonvilles sur leur territoire. Quelles solutions pour la population rom ?

pour lire l'article paru dans FRANCE INTER, suivez ce lien s.v.p

 

Ces opérations régulières d'évacuation et de destruction de camps illicites devraient nous inciter à relire – comme un antidote à l’indignité d'une telle décision -  "Les bijoux de la Castafiore" (1963), cette célèbre BD de Tintin, reporter ... sans frontières.

 

07---dessin-de-vieille-dame-rom.JPG

 

 


SAMEDI 2 FEVRIER 2019

Vous souvenez-vous ? Le capitaine Haddock se promène en forêt avec Tintin et découvre, ahuri, un campement de romanichels installé près d'un dépotoir. "Aucun sens de l'hygiène, ces zouaves-là !" grommelle-t-il avant de découvrir que ces gens du voyage étaient contraints par la police de vivre au milieu d'immondices.          

01.jpg

   

 

 

 

02.jpg
 

TINTIN-ROMS-03-copie-1.jpg

       

 

N'écoutant que son cœur, le marin le plus célèbre au monde après Popeye les invite aussitôt à s'installer près d'une petite rivière, sur une belle pâture, dans le parc de Moulinsart...

 

 

 

... au grand regret de son domestique Nestor - "Ces bohémiens, c'est tout vauriens, chapardeurs et compagnie !" ou encore “Inviter des Romanichels chez soi! C’est de la folie!… Je dis que c’est de la folie!!” -, du chef des gendarmes - "Moi, je vous aurai mis en garde. Il ne faudra vous en prendre qu'à vous-même s'ils vous amènent des ennuis" - et même d'un jeune Rom - "Je les déteste, ces gadjé ! Ils font semblant de nous aider, et dans le fond de leur coeur, ils nous méprisent" -.

 

       

04.jpg

Lorsque l'émeraude de la Castafiorte disparaît, tout le monde sauf Tintin soupçonne imméditatement les Tizganes.   « Les voilà, les coupables, ça ne fait pas l’ombre d’un doute … Des preuves ?... Nous les trouverons ! Ces gens sont des voleurs !... Ah, ça ne va pas traîner.» déclarent les frères Dupondt. 

    05.jpg 06.jpg

  Malheureusement pour ces détectives diplômés,

 le vol n'a pas été commis par les Roms mais par une pie … 

 

"C'est bien notre chance, concluent nos deux dyslexiques, pour une fois que nous tenions des coupables, il faut qu'ils s'arrangent pour être innocents!".

Le criminel n'est qu'un oiseau, et les Roms ne sont que des boucs émissaires...

Les Romanichels tiennent donc, dans cet album, un rôle de premier plan  : ce sont des coupables idéaux dans le vol des bijoux ! Une leçon sur les préjugés sans doute enfantine mais ô combien efficace - même si, comprenez-moi bien,  Hergé ne rachète en rien les idées prônées dans "Tintin au Congo" -

Bien évidemment, des Roms truands existent … tout comme des truands existent aussi  dans toutes les catégories de population. 

Est-il besoin de stigmatiser toute une communauté en raison des agissements de certains ?

 

08---dessin-de-veille-dame-rom.JPG

"Est-il besoin de stigmatiser tout mon peuple en raison des agissements de certains ?"

https://livres-interdits.fr/tintin-au-pays-censure/


6 FEVRIER 2019   

"Un pays sans Roms est un pays sans liberté"

(citation rom)

 

09 - dessin de vieille dame rom

 

"Et je suis fier d’appartenir à un peuple qui n’a jamais déclaré la guerre

parce que, nous les tziganes, nous n’avons pas eu besoin d’avoir un territoire :

nous n’avons pas éliminé et poussé les autres populations pour nous installer à leur place."


(Alexian Santino Spinelli, Rom)

 

10 - dessin de vieille dame rom

 

"Avant que ne viennent la haine et la bagarre, accroche ta caravane et pars !"

 (proverbe manouche)

 


9 FEVRIER 2019  

Bonjour, amis lecteurs, visiteurs occasionnels ou témoins fidèles de l'évolution de ce dessin de fière Rom au visage et au regard aussi impressionnants qu'interpellants, que je vous présente "trait par trait" depuis le 20 janvier, à un rythme de présentation similaire à celui de l'avancement de mon travail.

L'occasion est trop bonne : moi qui ne maîtrise que maladroitement la plume (suffisamment je l'espère que pour vous donner un peu plus envie de revenir voir mon dessin - avouez que ce serait bien monotone si je me contentais de vous en montrer son évolution sans aucune autre forme de commentaire -), je suis en perpétuelle admiration devant un certain Jean, célèbre et talentueux, un certain Jean ... Ferrat ! 

Dans les chansons que voici, quelle maîtrise de la voix, de la mélodie, de la composition, des mots ; quels messages emplis de profond respect envers les Nomades et Tziganes, en cette époque de rejet et d'expulsion des gens du voyage, en cette époque de rejet de gens de tous pays ; et pourtant, ces textes ne datent pas d'hier.

 

 

 

Ils ont habité la roulotte
Les quatre planches qui cahotent
De Saint-Ouen aux Saintes-Maries
Mais ils s’en vont encore d’ici
Les Nomades
Ni la couronne d’oranger
Ni la cheminée de faux marbre
Ne leur mettent racine au pied
Ils ne sont pas comme les arbres
Les Nomades

 
Jean Ferrat,  

Les Nomades,

1961

 

Disparus l’enfant
Voleur de cerceaux
Les chevaux piaffants
De tous leurs naseaux
Disparus les ânes
Avec leurs paniers
Les belles gitanes
Sous les marronniers
En ce temps qui va
Qui va dévorant
On n’a plus le droit
D’être différent

 
Jean Ferrat, 

 Les Derniers tziganes,

1971

   

11--dessin-de-vieille-dame-rom.JPG

 

L'occasion est trop bonne : moi qui ne maîtrise avec un certain succès que le portemine et le noir et blanc (j'en ai pris mon parti), je suis en perpétuelle admiration devant un autre Vincent, bien plus célèbre et surtout plus talentueux, un certain Vincent ... Van Gogh !  Quelle maîtrise de la couleur et de la composition dans cette œuvre !

 

Van-Gogh-Les-roulottes--campementde-bohemiens.jpg

Vincent Van Gogh - Les roulottes, campement de bohémiens

Fuyant Paris, Van Gogh gagne le Midi et s’installe à Arles en février 1888. Ebloui par la lumière, il y peint quelques-unes de ses toiles les plus célèbres : Les Tournesols, sa Chambre ou l’Arlésienne.

Pas de temps à perdre. Entre ciel et terre, hommes, femmes, enfants, chevaux s’installent sous la lumière d’août. Perception sur-le-champ, touche pressée, couleurs franches, le campement de gitans est brossé sur le vif.

« Une petite étude d’une halte de forains, voitures rouges et vertes », c’est ce qu’écrit Van Gogh à Théo, son frère et fidèle confident.

Ce tableau est considéré à juste titre comme un des chefs-d’œuvre du peintre.

 

A bientôt, amis lecteurs, visiteurs occasionnels ou témoins fidèles de l'évolution de ce dessin.

Je vous retrouverai mercredi pour vous parler de la musique tzigane que j'aime tant. Plus tard, je vous présenterai la suite du dessin de cette vieille Rom et je vous parlerai davantage d'Antonio Tabucchi et de son "cri de colère".


13 FEVRIER 2019  

J'aurais pu vous parler des guitares du manouche Django Reinhardt, né en 1910 dans une roulotte à Liberchies, dans mon pays de Belgique. J'aurais pu vous parler des doigts de fée, ou plutôt des petites mains d'argent du gitan Manitas de Plata, né lui aussi dans une roulotte, à Sètes en 1921 : bien au-delà de leur communauté tzigane, ils continuent à faire vibrer les cœurs. 

12---dessin-de-vieille-dame-rom.JPG

 

13---dessin-de-vieille-dame-rom.jpg

Ederlezi :

quatre consonnes (la prononciation du r se doit discrète, presqu’inaudible) et quatre voyelles (dont trois e).

Ce mot sonne comme une mélodie.

Ederlezi :

c’est le nom tsigane de la fête de la Saint-Georges chez les Roms des Balkans, la fête du printemps, célébrée le 6 mai.

Ederlezi : ce mot est une mélodie.

Hidirellez : telle est l’origine turque du mot Ederlezi qui désigne les célébrations annonçant le retour du printemps. Les catholiques y ont ajouté la dimension chrétienne du jour de la Saint-Georges (Hagia Georgi pour les Orthodoxes).

Hidirellez revêt une grande importance en Anatolie : le mot lui-même signifie  la renaissance de la nature.  Selon les croyances anatoliennes, il est la combinaison des noms de deux prophètes et amis, Hizir et Ilyas, qui auraient bu l’eau de l’immortalité en se promettant de se revoir à nouveau chaque année - la nuit du 5 mai - pour redonner vie à la nature (Hizir, protecteur des plantes et des gens pauvres, apporte l'abondance et Ilyas, protecteur des eaux et des animaux, redonne la santé).

Ces traditions villageoises se sont répandues jusque dans les villes. La croyance veut que les vœux formulés cette nuit-là seront honorés, que les malades seront soignés et que ce sera la fin des malchances. De nombreux rituels participent à cette fête. Les préparatifs commencent avec le grand ménage de la maison qui doit être propre de fond en comble ; on enfile des vêtements propres et soignés ; on laisse également une fenêtre ouverte afin qu'Hizir puisse entrer et apporter la prospérité dans toute la maisonnée. Certains placent une pièce de monnaie dans un tissu rouge et l'accrochent à une rose ; au matin, cet argent sera remis dans le porte-monnaie, censé apporter l'abondance. De grands pique-niques sont organisés où l'on danse, chante, saute au-dessus du feu jusqu'au matin. On écrit des voeux sur un papier que l'on dépose sur un cours d'eau, on décore également un arbre "Nahil" de toutes sortes d'objets en faisant un voeu. Parfois, un "Georges vert" - un garçon vêtu d’habits verts ornés de feuilles de cette même couleur - devient symbole de sagesse en éloignant le mal : il doit exorciser les animaux, les plantes, les cours d'eau et les bien de la tribu afin de prévenir les maladies.  Il y a encore ce mannequin de feuilles qui, tel un « Georges vert », est jeté dans l'eau pour symboliser la victoire du bien contre le mal.

Ederlezi est aussi une chanson que j'adore depuis des années et dont la paternité est controversée, rendue célèbre pour la première fois en 1988 sur la bande originale du film "Le Temps des Gitans". Elle est parfois présentée comme une chanson traditionnelle tzigane, celle des Gitans, mais elle est généralement attribuée à Goran Bregović : sur sa version, la voix de Vaska Jankovska commence à chanter a cappella son histoire, celle d'un jeune musicien  gitan obligé de rester à l'écart pendant la fête de l'Ederlezi.  Des cuivres puis un choeur mixte viennent ensuite porter la voix pour le reste de la mélodie, largement inspirée des chants et de la musique tziganes.

Le succès de cette chanson, aussi bien à l'étranger que parmi les communautés de Roms, pour qui elle est devenue un traditionnel, presque un hymne, fut à l'époque une surprise. Elle a également fait l'objet de plusieurs reprises (Boban Markovic Orkestar, Ysa Ferrer, Amina, Norig, Kayah,...) et est depuis devenue un hymne pour les nationalistes, bien que Goran Bregović, il faut le souligner, soit opposé à cette mouvance.

 

 

Ederlezi

Sa o Roma babo, E bakren cinen. A me coro, dural besava.
A a daje, amaro dive. Amaro dive erdelezi. Ediwado babo,
amenge bakro. Sa o Roma, daje. E bakren cinen. Eeee.Sa
o Roma, babo babo, Sa o Roma daje. Sa o Roma, babo babo,
Erdelezi. Erdelezi, Sa o Roma Daje. Eeee.Sa o Roma, babo babo,
Sa o Roma daje. Sa o Roma, babo babo, Eeee..Erdelezi, Erdelezi.
Sa o Roma Daje

Traduction française : 
Tous les Roms, papa, sacrifient les moutons mais moi, pauvre tambour,
je dois surveiller de loin. Ah oui, maman, c'est notre fête.
C'est notre fête, Ederlezi… Papa, un mouton pour nous.
Tous les Roms, maman, sacrifient les moutons, et tous les Roms, papa,
Papa, tous les Roms, maman. Tous les Roms, papa, papa
Ederlezi, Ederlezi, tous les Roms, maman.

 

13 - dessin de vieille dame rom
 

16 FEVRIER 2019

 "Cette vieille dame au regard scrutateur,

qui devine et juge nos sentiments et nos intentions,

dont les lèvres ont un pli amer et presque méprisant...

Oh ! combien de reproches se lisent sur ce visage parcheminé,

dans le dessin de ses rides profondes et de ses traits douloureux !"

 

Ce touchant commentaire fut écrit à l'époque de la première publication de cet article,

par une fidèle lectrice de mon blog, en 2010, le vingt-trois octobre.

Elle se reconnaîtra, et je l'en remercie encore.

 

14---dessin-de-vieille-dame-rom.JPG vieille-rom---photo.jpg

format du dessin

24 x 36 cm

format de la photo originale

12 x 18 cm

 

Comme il y a neuf ans, je ne dissimulerai pas ma joie et mon émotion - certes teintées de tristesse -  en vous montrant enfin, après toutes ces heures et ces heures de travail, cette vieille Rom qui nous défie fièrement du regard. Vous l'avez vue, ou revue naître, grandir trait par trait, détail après détail, sous mes doigts et mes portemines. Parmi tous ces portraits que je dessine, celui-ci est l'en de mes préférés...

 Et j'en viens enfin au titre de cet article, pourquoi ce "cri de colère" ?

PEUPLE ROM

 

Depuis plus de vingt ans, l’écrivain toscan Antonio Tabucchi (né à Pise en 1943),  s’indigne de voir les Tziganes bafoués dans son pays, l’Italie.  

 

« LE MONDE MAGAZINE » - dans son supplément au Monde n° 20408 du 4 septembre 2010 - lui a demandé de réagir à la politique d’expulsions menée à cette époque par le gouvernement français.

 

ROMS LES MAUDITS DE L'EUROPE :

LE CRI DE COLERE D'ANTONIO TABUCCHI

« Ce serait donc de la faute des Tziganes ? »

le-monde-magazine.jpg

 

Voici quelques extraits choisis de la réaction d'Antonio Tabucchi ...

(...)  Le rapatriement des Roms mis en œuvre de façon si tapageuse, dans un esprit  de propagande, me semble socialement plus nocif que le débat sur l’identité nationale ; et cela non seulement pour la France mais aussi pour l’Europe, parce qu’il est porteur de zizanie sociale. (...) 

(...)  Désigner un bouc émissaire est un vieux réflexe européen. Nul besoin d’avoir une profonde culture pour savoir que le recours au bouc émissaire et le racisme s’allient depuis toujours aux moments les plus difficiles que traverse l’Europe : on commence par stigmatiser le plus pauvre, puis on arrive aux Juifs, aux Arabes, aux homosexuels, aux handicapés, aux démunis, aux intellectuels, aux dissidents politiques. (...) 

(...)  La grande force du racisme est sa banalité. Le raciste, le xénophobe, n’est pas un monstre sorti de notre imaginaire. (...)  Le racisme tend à devenir le point de vue de la majorité et la majorité tend à éliminer naturellement la minorité, parce que (...) le racisme fait croire qu’on ne devient pas criminel, mais qu’on l’est par naissance : est criminel celui qui appartient à une certaine ethnie, indépendamment du délit qu’il a pu commettre. Appartenir à cette catégorie est déjà un délit. (...)

(...)  Est-il possible que l'Europe ait déjà perdu la mémoire de sa honte ? Faut-il rappeler qu'avant-hier, à Auschwitz, furent brûlés entre 500 000 et 700 000 Tziganes (l'estimation est incertaine pour une population en bonne partie privée de carte d'identité) ? Faut-il rappeler les temps les plus sombres que la France a réservés aux gens du voyage ? Faut-il rappeler qu'après la loi de 1912, les Tziganes se sont vu imposer un carnet anthropométrique, qu'ils devaient faire viser dans chaque commune, à leur arrivée et à leur départ ? Faut-il rappeler qu'en octobre 1940, à la demande de l'occupant nazi, le gouvernement de Vichy interna les Tziganes dans des camps de "surveillance" ? Faut-il rappeler le train (billet "offert" aux Tziganes par Pétain) qui, de France, partit pour Auschwitz ? Est-il possible que certains politiciens ne sachent pas que l'ordonnance de déportation de Himmler, en avril 1940, s'appelait "ordonnance de transplantation"?  Les Tziganes constituent un problème ? Evidemment ! La France, l'Italie, l'Europe ont les moyens et les capacités d'affronter de manière sérieuse et décente un problème réel. Qu'elles l'affrontent et le résolvent. (...) 

 

14 - dessin de vieille dame rom

Si vous souhaitez prendre connaissance de la version complète de l'article,

cliquez sur le logo du magazine :

.le-monde-magazine-logo.jpg


 Je vous propose de revenir dans un mois pour un nouveau dessin trait part trait, pas à pas.

PROCHAINE PUBLICATION

REPORTEE A LA MI-AVRIL 2019

Merci de patienter !

 

762519450.gif

 

Commentaires

Malgré que l'on me signale un danger en ce qui concerne ton site (Kaspersky Sécurity) je viens te dire que j'ai hâte de voir la fin du dessin Bisous Fan

Écrit par : FAN | 24 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

Si je peux te rassurer, permets-moi de te dire que mon antivirus avast fonctionne en permanence et - très rarement - m'informe de l'un ou l'autre problème, qu'il règle lui-même sans que je doive intervenir ! Et régulièrement, je lance deux ou trois programmes de "nettoyage" supplémentaires. Je pense que mon ordinateur et mon blog ne sont pas responsables des soucis que tu me signales...

Patience, en attendant de voir la fin du dessin, car je n'en suis encore qu'au début, à bientôt...

Écrit par : Jean-Claude | 24 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

Oh, le dessin de cette femme si bellement ridée!!!j'adore!!! En ce qui concerne les manouches ou autres gitans ou roms ou autres, je réside à Nîmes à la Placette (quartier des gitans) désormais ceux là ne sont plus nomades et c'est un quartier tranquille, et je me sens en paix!! Dans le Sud, aux Ste Maries de la Mer, à côté de Arles, ils y sont nombreux et pas de soucis!!! Voilà! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 04 février 2019

Répondre à ce commentaire

Qu'il est agréable de lire que vous vous sentez en paix, à côté ou non loin des Roms, Gitans ou autres gens dits "du voyage".

J’ai effectivement lu qu’à deux pas des Arènes et de dimension humaine, le quartier de la Placette est festif et accueillant : c’est un village dans la ville. Historiquement, c’était un quartier populaire protestant et c’est aujourd'hui le quartier où vivent des Gitans sédentaires, des commerçants et des boulistes. J’ai lu ainsi que La Placette a des valeurs éternelles telles la générosité que cultivent les associations, l’art de vivre de la communauté gitane qui s’y est sédentarisée après-guerre.

« C’est pour moi l’âme du Nîmes populaire avec ses rues charmantes d’un pittoresque sans prétention. Les maisons s’y conservent et s’y transmettent de père en fils » a dit un jour Jean-Paul Fourniers, le Maire de Nîmes.

Les Saintes-Marie-de-la-Mer, quant à elles,revendiquent légitimement le titre de Capitale de la Camargue (face à la mer et au milieu du village, un gardian à cheval et son taureau de bronze le rappellent…). Le 24 mai, la cité accueille d'ailleurs, vous le savez bien sûr, dans la joie, le pèlerinage des gitans du monde entier venus vénérer la Vierge Sara la Noire, la Patronne des Gitans. Ce pèlerinage est le plus connu et le principal du calendrier gitan. Je me souviens y avoir assisté, lors de vacances là-bas il y a bien longtemps, ce devait être il y a ... 45 ans !

Merci pour cet encourageant témoignage d'amour,de paix, porteur d'espoir dans ce monde qui en a tant besoin !

Écrit par : Jean-Claude | 04 février 2019

Répondre à ce commentaire

Je suis ravie, cher Jean Claude que vous ayez pris le temps de vous intéresser à Nîmes et à son quartier de la Placette!! Bien sûr, les mentalités évoluent mais la richesse du coeur est toujours présente!!!Bisous Fan

Écrit par : FAN | 08 février 2019

Répondre à ce commentaire

Oh Merci Jean Claude pour cette chanson qui est superbe!! le film est une merveille et j'adore Goran Bregovic! D'ailleurs, lui et Emir Kusturica sont des talents indéniables!!je ne rate aucun film d'Emir!!! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

L'on peut dénicher sur YouTube quelques autres superbes versions de cette chanson EDERLEZI que j'aime tant, depuis de nombreuses années : dont une, celle de la chanteuse grecque Alkitis Protosalti, merveilleuse... Peut-être la trouveras-tu ? Bonne journée, Fan.

Écrit par : Jean-Claude | 15 février 2019

Écrire un commentaire