Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2018

Tseten, vieux Tibétain en exil.

 

ARTICLE ET DESSIN PAS À PAS

ULTIME MISE A JOUR EN BAS DE PAGE

CE VENDREDI 26 OCTOBRE

prochaine publication prévue à la mi-novembre

 

mardi 2 octobre 2018

2080808762.JPG

jeudi 4 octobre 2018

1000793578.JPG

1959. Tseten a presque 50 ans quand il est forcé d'abandonner son troupeau de chèvres et yacks pour fuir le Tibet. Comme lui, 2000 Tibétains vivent alors dans un camp de réfugiés près de Choglamsar, au Ladakh, à quelques kilomètres de Leh, en Inde. Il n'y possède plus qu'une chèvre et un petit lopin de terre où poussent quelques légumes :

"Grâce à ma culture bouddhiste, je suis heureux de vivre, quelque soit où..."

samedi 6 octobre 2018

113691738.JPG
Le Ladakh a accueilli ses premiers réfugiés tibétains peu de temps après la fuite du Dalaï-Lama. La majeure partie des réfugiés sont arrivés au cours des années soixante.

1959. 100 000 Tibétains ont suivi le Dalaï-Lama dans son exode en Inde où il crée, dirige et démocratise le gouvernement tibétain en exil jusqu'en mars 2011. Il prend alors sa retraite : pour lui, le rôle politique des Dalaï-Lamas est dépassé et doit laisser place à la démocratie.

lundi 8 octobre 20183034976330.JPG

 
1959. La majorité des Tibétains en exil viennent de l'Ouest tibétain. Comme le Ladakh est la terre étrangère la plus proche, vraiment très proche, ils traversent tout simplement la frontière à pied avec moutons et yaks.

Au Ladakh, les réfugiés tibétains se retrouvent dans un environnement familier. Mêmes montagnes rocheuses et prairies d'altitude, même climat intense et sec. Les habitants parlent la même langue, portent les mêmes vêtements, vénèrent les mêmes déités, mangent la même nourriture et boivent le même thé au beurre...

Le Ladakh est une région himalayenne de culture tibétaine, les réfugiés s'y installent - dans les années soixante - sans connaître le choc culturel vécu par ceux qui se retrouvent dans les autres régions d'Inde.

mercredi 10 octobre 2018

Tsetsen, comme tant d'autres Tibétains qui font leur marche définitive vers le Ladakh en 1959 ou ensuite, ne se considèrent pas directement affectés par l'occupation chinoise, car ils sont majoritairement de familles pauvres.

Mais ils n'ont pas de liberté religieuse.

L'interdiction de la religion est le premier argument invoqué par la plupart des réfugiés

pour expliquer pourquoi ils ont fait le choix de l'exil.

D'autres causes semblent toutefois jouer un rôle déterminant dans leur décision, parmi lesquelles l'emprisonnement des leader locaux, la conscription des garçons dans l'Armée Populaire de Libération et la collectivisation des terres qui commence à être mise en oeuvre après la fuite du Dalaï-Lama.

2307275258.JPG

vendredi 12 octobre 2018

Plus de 150 000 Tibétains vivent en exil à travers le monde. Une diaspora dynamique, regroupée autour de leur chef spirituel, le Dalaï-Lama, revendique l’originalité de sa culture et rêve pour l’immense majorité de retourner dans son pays, occupé depuis plus de 40 ans par les Chinois.

Sous prétexte d’apporter éducation, culture, hygiène et accès à un monde économique extérieur, le gouvernement de Mao a envahi petit à petit, dés 1949, les différentes provinces composant le Tibet et ainsi le "libérer". Mais de quoi ?


Le Tibet c’est 1 200 000 morts sur une population de 7 millions, plus de 6 000 monastères détruits, 8 millions de Chinois pour 6 millions de Tibétains vivant dans la Province "Tibet autonome", les deux autres provinces - l’Amdo et le Kham - ayant déjà été annexées par la Chine.

3458614058.JPG

lundi 15 octobre 2018

La guerre contre le terrorisme islamiste n’a pas encore été gagnée et risque de durer encore longtemps. La Chine ne profite-t-elle pas de l’aubaine pour faire légitimer sa répression sous couvert de lutte contre ce terrorisme ?

Mais où sont les terroristes au Tibet ?

Au crédit de son compte d’exploitation intra-muros, la Chine inscrit une plus grande marge de manœuvre dans la répression des minorités environnantes : celle des Ouighours du Xinjiang à majorité musulmane ; celle des Bouddhistes tibétains du Tibet ; celle des Chrétiens du Nord-Est. Tous ces peuples revendiquent davantage leur identité culturelle que leur indépendance. Mais le gouvernement de Pékin semble ne rien entendre. Il recherche avant tout l’union de toutes les nationalités : 团结 ( tuanjie / tuánjié ),  l’unité avant tout, quitte à éliminer ces minorités dites activistes.

4081478298.JPG

jeudi 18 octobre 2018

Nombreux sont les Tibétains qui ont quitté clandestinement leur pays dans l’espoir d’échapper au sort qui leur est réservé. Ou même parfois des parents confiant leurs enfants à des petits groupes qui fuyaient, quitte à leur faire affronter la barrière himalayenne pour qu'ils soient éduqués dans leur culture, en Inde en particulier, proche du Dalaï-Lama.

Dans le sillage du Dalaï-Lama, prix Nobel de la paix en 1989, un vaste réseau de soutien et d’aide s’est mis en place pour aider cette lutte non violente : création d’écoles où les cours sont dispensés en tibétain, développement de centre de santé traditionnel, préservation de la culture par la création de troupes de danses et théâtre tibétains.

Le développement de centres d'apprentissage tournés vers des métiers d'avenir et aussi la réflexion d'un statut juridique tibétain est autant d’exemples de la survie de la culture tibétaine en exil.

1897332043.JPG

 

lundi 22 octobre 2018

En mars 2008, à l'occasion du 49e anniversaire de sa fuite de Lhassa, le Dalaï-Lama dénonce la politique de la Chine au Tibet dans un discours prononcé à Dharamsala, en Inde, où il vit en exil; Il accuse Pékin de "violations énormes et inimaginables des droits de l'homme", de "négation de la liberté religieuse" et de "génocide culturel". Dans le même temps, quelques centaines de moines manifestent à Lhassa.

Les contestataires tibétains en exil et les dissidents chinois tentent de faire entendre leur voix à l'approche des jeux Olympiques qui doivent se dérouler à Pékin en août. Le lendemain, à Lhassa, les forces de sécurité chinoises répriment les manifestations de moines qui demandent la libération de leurs frères arrêtés la veille. Les jours qui suivent, des affrontements meurtriers opposent des émeutiers tibétains aux forces de sécurité chinoises. Le gouvernement tibétain en exil estime à plus d'une centaine le nombre des victimes. Très vite, Lhassa est placé sous couvre-feu, le séjour des touristes est interdit et les permis spéciaux dont sont porteurs les journalistes étrangers permettant de circuler dans la Région autonome du Tibet sont suspendus.

À l'expiration de l'ultimatum adressé aux émeutiers de Lhassa pour qu'ils se rendent, les forces de sécurité chinoises procèdent à près de cinq mille arrestations : les prisonniers sont condamnés à de lourdes peines de prisons et des exécutions. Le Premier ministre chinois Wen Jiabao déclare que celles-ci ont été "formentées et organisées par la clique du Dalaï-Lama" dans le but de "saboter les jeux Olympiques de Pékin".

Depuis 2009, au moins 152 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour demander la liberté et le retour du Dalaï-Lama. Âgé de 82 ans, il a mis en place la démocratie pour les en exil, avant de démissionner de toute fonction politique en 2011.

1282856187.JPG

vendredi 26 octobre 2018

2 mars 2018. À l'approche du 59e anniversaire du soulèvement tibétain du 10 mars 1959, qui est aussi le 10e anniversaire des manifestations de 2008 lourdement réprimées, l'armée chinoise se livre à une démonstration de pouvoir en effectuant un exercice massif à Lhassa, appelé le "Mur d'acier", afin de montrer qu'elle est "prête au combat" si une manifestation éclate durant le mois de mars. Ce spectacle de la puissance militaire chinoise souligne la forte militarisation du plateau tibétain, ne se limitant pas à Lhassa.

Chaque année, partout dans le monde, le 10 mars, les Tibétains en exil commémorent pacifiquement ces évènements, de Paris à Genève, pour promouvoir par la non-violence la résolution du conflit sino-tibétain. 

 

2319082799.JPG

Dessin d'après une photo de Phil Borges

Sources :

AGORAVOX, le média citoyen

PHOTOKUNST, Phil Borges

UNIVERSALIS, Chine, émeutes au Tibet

 

Une source d'information nouvelle, non exploitée dans cet article,

pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet :

histoire des civilisations : le Tibet

le génocide tibétain

 

Retrouvez deux autres dessins d'après photo de Phil Borges, publiés sur ce blog en 2013 et 2014 :

Le trésor de Yama

Jigme et Sonam

 

prochaine publication

prévue à la mi-novembre

 

3199407460.gif

 
 

762519450.gif

Publié dans VISAGES DU MONDE | Tags : ladakh, tibet, dalaï-lama, phil borges | Lien permanent | Commentaires (7) |

21 mars 2014

Rendez-vous en terre... peu connue ! Au Ladakh (ལ་དྭགས), avec Jigme et Sonam.

 

1471554384.gif

Dès ce jeudi 13 mars, chaque jour,

pendant une semaine, JUSQU'AU 20 MARS,

partons en voyage en Inde, au Ladakh,

à la rencontre de Jigme et Sonam.

   

762519450.gif

 
 

Le Ladakh (ལ་དྭགས། wylie : la-dwags) est une région de l'État indien du Jammu-et-Cachemire, située dans sa partie orientale, et dont elle occupe plus de la moitié de la superficie. Cependant, c'est l'une des régions les moins peuplées du pays. Parfois appelé le Petit Tibet, le Ladakh est célèbre pour ses paysages montagneux et sa culture bouddhiste tibétaine. Sa ville la plus importante est Leh (གླེ་).

 

Source : Wikipedia

 

 

 

 

1262056708.jpg

 
 

1471554384.gif

2403805093.JPG

1471554384.gif

1812893703.JPG

1471554384.gif

2216231078.JPG

1471554384.gif

1911355650.JPG

1471554384.gif

2583390627.JPG

1471554384.gif

Le photographe raconte...

"Nous étions en plein mois de novembre.  J'étais alors en voyage à Ladakh, dans un endroit très reculé près de la frontière tibétaine, lorsque je suis tombé sur un petit groupe de nomades en train de dépecer un yack pour les réserves hivernales de nourriture.

Ils étaient une trentaine et il semblait qu’elles étaient toutes unies par des liens de parenté.  Mon interprète leur parla de mon envie de prendre quelques photos : j'ai alors commencé à installer un flash puis à prendre des Polaroids pour leur distribuer, j'utilisais alors un Hassebald.

J'avais remarqué une jeune fille avec un bébé sur le dos.  Chaque fois que je la regardais, elle partait en courant dans sa tente en peau de yack.  Finalement, plus tard dans la journée, elle eut assez de courage pour se laisser prendre en photo.

Jigme et Sonam sont deux sœurs dont la famille est descendue il y a peu de ses terres himalayennes pour s'installer dans ce camp d'hiver sur le plateau tibétain, à 2000 mètres d'altitude. Quand j'ai donné à Jigme sa photo Polaroid, elle l'a regardée, a crié et a couru vers sa tente.  Je suppose que c'était la première fois qu'elle se voyait réellement car sa famille n'avait même pas de miroir.

J'ai depuis continué à prendre beaucoup de clichés de personnes vivant dans des terres reculées, n’ayant jamais vu leur propre tête. La réaction que j'obtiens le plus souvent est qu'elles ne croient pas que mes photographies les représentent vraiment..."

2058542593.JPG

1471554384.gif

 Phil Borges : un photographe humanitaire.

Phil Borges fait partie des Maîtres de la photographie américaine.  Souvent primé, il documente avec passion, depuis une quarantaine d'années, la vie des populations tribales du monde entier : les portraits qu’il en dresse et en diffuse soulèvent à chaque fois la question cruciale de la survie de ces peuples autochtones. 

Il considère que sa mission est spirituelle et part à la découverte des régions les plus éloignées de la planète.  Ses photographies suspendent le temps.  A la fois photographe, artiste et poète, il devient témoin et porte-parole de chacun de ces peuples uniques qu’il rencontre.  Il dénonce le plus souvent la dure réalité de leur triste condition.  Il donne une voix à ceux qui n’en ont pas.  Il diffuse les cultures qui disparaissent progressivement en mettant l’accent sur leur inestimable valeur.

"Je veux que le spectateur voit ces personnes en tant qu'individus, connaisse leurs noms et un peu de leur histoire, pas uniquement en les voyant comme des étrangers qui vivent dans de lointaines contrées, mais en les regardant comme êtres humains qui tour à tour souffrent ou connaissent le bonheur."

http://www.philborges.com/

Voyez aussi (en suivant le lien) "Le Trésor de Yama",

un autre dessin inspiré d'une photo de Phil Borges,

présenté sur ce blog en octobre 2013.

2460307104.JPG

1471554384.gifJEUDI 20 MARS 2014

3700386178.jpg

Un dessin au portemine graphite (dureté : B, HB, H, 4H ; épaisseur 0,3 mm)

dimensions : 30 x 35 cm

 

1471554384.gif

 

Dès à présent, les commentaires sont ouverts...

 

Prochain dessin

au début du mois d'avril !

762519450.gif

3199407460.gif