Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 juin 2013

La mendiante rwandaise - un dessin de 1987 !

  MISE A JOUR REGULIERE DE L'ARTICLE EN FIN DE NOTE

3981425580.gif

jeudi 6 juin 2013

3423723722.jpg

La mendiante rwandaise - 1987 -

J'imaginais ne jamais pouvoir me séparer un jour de ce dessin de 1987 -mazette ! 26 ans déjà !-.  Cela me paraissait tellement difficile, presque impossible, tant je l'aime, ce portrait !

A tout le moins eût-il fallu que je sois tout à fait certain que cette « mendiante rwandaise » passe en de bonnes mains !

Tous ceux qui me connaissent bien et viennent chez moi la voyaient, la regardaient, l'admiraient si souvent.  Elle faisait en quelque sorte partie de la maison ; de la famille, oui.

Alors, quand, pour quelle raison, comment ai-je accepté de m’en séparer ? 

Et d'ailleurs, qui est-elle réellement ?  Une mendiante, vraiment ?  

3981425580.gif

samedi 8 juin 2013


Respectez-la.  

Appuyée sur son bâton, cette vieille dame du Rwanda

 a dû endurer son lot de souffrances dans la vie.  


La première fois que je la vis, je suis resté sans voix 

devant ce visage buriné et ces rides profondes, 

devant cette peau sculptée par le soleil.  


Elle regarde je ne sais quoi, je ne sais où...  

Frêle en apparence ; solide, sans doute !  

Ne l'ennuyez pas, ne vous moquez pas d'elle...  

Dans son regard qui apparaît, on voit déjà qu'elle pourra se défendre...

59766530.jpg

La photo (format 10 x 15) qui avait à l’époque inspiré mon dessin - je vous la montrerai - était l’œuvre du regretté Christian Grégoire, ancien curé à Theux, décédé en 2008.  Auparavant missionnaire chez les Pères Blancs au Rwanda, Il se dévouait pour l’orphelinat qu’il y avait créé tout autant que pour la population de Nyanza qu'il aimait et qui le lui rendait bien.

Ce portrait signé en 1987 était assurément le plus regardé, le plus apprécié – le plus « célèbre », oserai-je dire, n’ayons pas peur des mots ! – de mes dessins...

3981425580.gif

 lundi 10 juin 2013

Cette vieille "mendiante du Rwanda" ne devait quitter que provisoirement les murs de ma maison, en mars 2011, afin d'être exposée au Centre Culturel de Theux parmi près de 80 de mes dessins.  C’est elle qui avait été le plus contemplée...  En l’accrochant aux cimaises, je n’avais tout d’abord pas l’intention de la vendre !  Puis, au dernier moment, à côté de son nom, j’avais ajouté un prix de vente, le plus élevé de tous les dessins exposés, pensant ainsi que personne ne l’achèterait !

J''ignorais tout de cette Dame.  Pourquoi n’avais-je jamais questionné l’abbé Grégoire, de son vivant ?  Je ne sais... Heureusement, un jour, à l’exposition, quelqu'un m'en parla...  

Ce visiteur theutois, très ému, m'expliqua qu'il était là, à côté du photographe, au moment où le cliché avait été pris ; ce jour-là, et d'autres jours encore, il avait rencontré cette vieille Dame car il avait accompagné l'abbé Grégoire lors d'un voyage vers cet orphelinat que ce prêtre avait dirigé quelques années auparavant.  En se remémorant cette rencontre et en me la racontant, il ajoutait :

"J'en tremble tant je la revois si réelle sur ton dessin : j'en ai la chair de poule".

3478687089.jpg

3981425580.gif

 jeudi 13 juin 2013

Voici les quelques phrases qu'il m'avait ensuite fait parvenir pour me raconter, à votre intention, ses souvenirs...

"Avec Christian Grégoire, nous retournons à Nyanza, petit village du Rwanda. Durant quelques années, auparavant, il y avait dirigé un home pour enfants orphelins ou abandonnés.

A peine arrivés, nous sommes accueillis par Mama Maria, cette brave octogénaire qui vit dans une case située à côté de l'orphelinat.  Connue et respectée de tous, la matriarche respire et communique la bonne humeur et l'enthousiasme malgré le poids des ans.  Son visage buriné traduit ses souffrances et le lourd labeur qu'elle a supportés durant toute sa vie.

La photo a été prise au moment où elle vient, en signe d'accueil, nous offrir quelques œufs ... sa seule richesse.

Vous vous doutez qu'un merci "financier" illumina son visage.  Nous nous doutions qu'avec cet argent, elle offrirait des petits cadeaux à quelques-uns de ses protégés.  Déjà, elle savourait le plaisir et la joie de rendre d'autres personnes heureuses."

J.L.

Je vous écrivais :

" J'imaginais ne jamais pouvoir me séparer un jour de ce dessin (...).  A tout le moins eût-il fallu que je sois tout à fait certain que cette « mendiante rwandaise » passe en de bonnes mains ! "

Pourtant, le prix proposé me paraissait élevé !  Mais je suis rassuré : je suis certain qu’il est en de bonnes mains !  Les meilleures qui soient : chez mes voisins !

1080464465.jpg

     

13015737.jpg

 

13015737.jpg