Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 septembre 2018

Tout va très bien !

Ici, en Belgique, un été 2018 exceptionnel vient de se terminer !

4267292683.gifGaston Lagaffe est un personnage de fiction créé par le dessinateur belge André Franquin en 1957. Il est le protagoniste de la série Gaston apparue dans le magazine de bande dessinée Le Journal de Spirou en 1957, publiée en albums à partir de 1960. C'est l'anti-héros pas excellence, le roi incontesté de la gaffe. (Wikipedia)

Soyez rassuré, je vais bien et continue à dessiner...

4195276439.jpg

Dans quelques jours, une nouvelle publication réveillera ce blog !

 

Publié dans PAUSE | Tags : gaston lagaffe, franquin | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Je ne sais si ces charmantes petites créatures noiraudes et hirsutes symbolisent les états d'âme de nos amis belges, ou bien l'abattement des Français terrassés après avoir écouté les informations quotidiennes, mais la morosité s'affiche avec un bel humour sur ce T-shirt...

Écrit par : Améthyste | 22 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Les grands noms de la bande dessinée ne sont-ils pas souvent belges, et Franquin l’un de ses emblématiques auteurs ? (Chez vous, l’humour grinçant et les dessins caractéristiques des « dingodossiers » et des « rubriques-à-brac » de Marcel Gottlieb n’ont rien à lui envier).

Ces drôles et charmantes bestioles imaginées par Franquin véhiculent un message pour le moins énigmatique (c’était par ailleurs cet adjectif qui qualifiait mon totem « puma », chez les scouts). Via Google Images, on peut les découvrir dans la série « les idées noires », une fourmilière de planches admirables et débordantes d’humour (noir) !

Vous touchez la vérité : pas simple de résister à la tristesse et la mélancolie ambiantes que l’actualité de nos pays respectifs véhicule, sinon pour moi en faisant référence à cet humour belge surréaliste, à prendre au second degré, qui nous caractérise. Et ici, en ce mois de septembre et à la fin d’un été caniculaire, cette actualité parle – tout tout près de chez moi - d’attentats, de meurtres ou de décès inacceptables, douloureux. Alors, ces dessins de Frankin et ses « idées noires » trottent dans ma tête pour, quand même, réussir à esquisser un sourire…

Écrit par : Jean-Claude | 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire