Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 décembre 2016

Il est grand temps...

2082088458.jpg

 

357743735.jpg

 

Que 2017 nous apporte des soupirs de soulagement !

Qu'il chasse aux quatre vents ces pauvres fous de dieu arrivés du Levant...

- d'après un poème de Sabine VAN OP DEN BOSCH -

18 décembre 2016

Une insoutenable détresse...

une présentation progressive de dessin entamée le mercredi 30 novembre

ULTIME mise à jour effectuée ce DIMANCHE 18 décembre

PROCHAINE PUBLICATION EN JANVIER

 

 
MERCREDI 30 NOVEMBRE 2016
 
Bonjour. En cette fin novembre comme promis, je vous présente, chères lectrices, chers lecteurs, sur ce blog Hautetfort, un nouvel article accompagnant un dessin créé en 2011 et publié l'année suivante sur mon précédent blog Overblog, aujourd'hui abandonné.
 

350538315.jpg

Une insoutenable détresse pénible à montrer, tant son origine est douloureuse .

Ce dessin évolutif s’agrandira progressivement sous vos yeux, à intervalles le plus souvent réguliers, parfois plus espacés... comme il en va de chacun de mes dessins qui, du premier trait jusqu'à la signature finale, voit s'écouler de nombreux jours, un mois souvent... 

Cette détresse que je vous montrerai est d'une terrible actualité, en cette année 2016 qui se termine avec ces dramatiques conflits armés en Syrie ou en Irak paraissant dans l'impasse, avec ces terribles scènes de souffrance que vivent les populations d'Alep ou de Mossoul, où l'on écoute chaque jour impuissant les SOS que lancent les humanitaires sur la situation de centaines de milliers d'habitants...

Progressivement, vous (re)découvrirez ce dessin en noir et blanc à tel point réaliste qu'il en sera pénible de le regarder. Mais c'est là où mes mines m'ont mené, et je vous raconterai ce que je sais de l'histoire de cette cruelle scène de vie que provoqua une guerre qui n'aurait jamais dû pouvoir exister.

En fin d'article, je vous présenterai la photo qui m'a inspiré ce dessin.

... Si toutefois vous souhaitez m'accompagner dans cet article évolutif, dans la présentation de ce dessin pas à pas d'une insoutenable détresse, je vous le répète...

 


JEUDI 1er DECEMBRE 2016

Lors de sa première présentation, je me doutais que les premiers traits de ce dessin et les explications l'accompagnant risquaient d’interpeller.  

J'avais par ailleurs hésité à me lancer dans ce portrait d'enfant en profond et douloureux désarroi, dans le dessin de cette insoutenable détresse provoquée par la folie meurtrière des adultes, quelque part sur le continent africain. Mais j'avais aussi ressenti, dès l’instant où je l’avais découverte, l’envie de dessiner cette douloureuse photo d’un photographe de presse de guerre, comme l'envie de la montrer par la suite sur mon blog Overblog, et je n'avais pas eu besoin de réfléchir plus longuement.  Je voulais suivre mes sentiments, mes envies, mes besoins.

 

03---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin---Kiwanja.JPG

En cette fin novembre, tout en jonglant avec mes portemines sur les infimes détails d'un nouveau et passionnant dessin en cours, bien différent (il s'agit d'écorce d'arbre), j’ai alors longuement réfléchi : Ne devrais-je pas à nouveau montrer, quitte à ce que cela ressemble à un naïf apitoiement, cette image choquante ? Oui, il me paraît important d’éprouver une profonde compassion face aux souffrances absurdes que des enfants sont obligés de subir, à cause de la folie humaine : rester indifférent ou insensible serait par contre inadmissible.  Pire encore serait de se voiler la face et de ne pas juger opportun de montrer ces souffrances que personne ne réussira jamais à justifier raisonnablement. 

Essayez d'imaginer, chers lecteurs, dans les jours qui viennent, en observant l'avancement régulier de mon dessin, l'état d'esprit du photographe à cet instant précis où il a osé – sans nul doute un réflexe « réfléchi » - appuyer sur le déclencheur, face à cette terrible scène : vous comprendrez bientôt l’intensité de l'instant.  Pour cet homme témoin d’un drame indescriptible, il s'agissait d'un devoir de mémoire ! 

Moi-même, j’ai alors consacré des heures, des jours, à traduire avec mes mines cet instant, cette émotion, ce devoir.  Je ne le regrette pas. D'ailleurs, le bandeau d'accueil de mon blog de l'époque comportait ces mots chargés de sens :

ATTRAITS, EMOTIONS ET DESSEINS

03---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin--copie-1.JPG

 


SAMEDI 3 DECEMBRE 2016

 

"Ma détresse est profonde, mais je la surmonterai, il le faut, il s’agit de tenir bon !

Tenir, avant tout, il le faut.

Je suis épuisée... je n’en peux plus... je vais m’écrouler... abandonner.

Oh, je pleure... non, vite, il faut essuyer ces larmes inutiles ... courage, il le faut.

Oui, il faut tenir : je dois La sauver, nous sauver.

Vite, je sèche ces larmes qui m’envahissent, ces larmes inutiles qu’il me faut contenir. Réprimer.

Réprimer ... Répression ... Que ces mots sont terribles, quand cela vous arrive...

Vite, je dois surmonter ces sentiments de total abandon et d’impuissance qui m’envahissent !

Je dois survivre.  Me sauver pour  la sauver. 

Que faire ?  Comment faire ? Je suis épuisée.  Je n’en peux plus.  

Où aller ? Comment  fuir ? M’en aller pour fuir où ? Fuir et les retrouver. Où les retrouver ?"

 

Protegee, cette fillette en fuite à l'est du Congo,

pensait probablement ces mots,

les murmurait peut-être ...

04---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin---Kiwanja.JPG

Protegee, cette fillette en fuite à l'est du Congo,

aurait sans doute bien aimé que son prénom lui porte chance, à ce moment !


LUNDI 5 DECEMBRE 2016

Aujourd'hui, observons de près traits et détails de mon dessin.

05-a---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fi-copie-1.JPG

 

Percevez-vous comme moi la tristesse, la peine, la douleur qu'éprouve cette fillette ? Elle cache son visage...  Son attitude, ce bras qui, par-dessus le col du T-shirt, essuie des pleurs, nous permet de ressentir la profonde douleur qu'elle éprouve, à peine maîtrisée et réprimée.

Observons attentivement les cheveux : ils m'ont donné... beaucoup de fil à retordre ! La nature a certes admirablement réussi son œuvre en créant ces cheveux crépus, très denses et vrillés, un rempart naturel contre les attaques du soleil, évitant ainsi des souffrances au cuir chevelu ; mais croyez-bien qu'ils n'étaient pas aisés à représenter.

Observons aussi, mais sans doute l'aviez-vous déjà remarqué, l’œil : on le devine fermé et les sourcils relevés.  Ou encore cette joue creusée et ces petits boutons d'acné sur la peau. Ou enfin le relief du col du T-shirt souligné méthodiquement par les traits parallèles de mes portemines.

 

05-b---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin---Kiwan.JPG

 

C’est le bras qui essuie les larmes parce que les doigts de la main s’agrippent au tissu, pour une raison importante, primordiale, que vous comprendrez plus tard...
   05-c---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin--.JPG

 

Observons enfin les rayures du tissu : les dessiner se révèle bien plus ardu que je ne l’imaginais. En réalité, vous le découvrirez plus tard sur la photo couleur, quatre coloris le composent : des lignes bleues et roses côtoient d'autres beige clair et beige plus foncé. Pas facile de traduire ces teintes en noir et blanc.

Puis, il me faut impérativement mettre en valeur les plis formés par ces doigts agrippés au tissu. Et les rayures doivent se prolonger, correspondre d’un pli à l’autre. Vraiment, ce n’est pas une sinécure !

Je vous quitterai ce jour en vous priant de m'excuser : je vous ai involontairement - oh, la méprise n'est pas bien grave, mais importante pour la suite du dessin et de son histoire - induits en erreur. Il ne s'agit pas d'une fillette comme je l'ai précédemment écrit, mais plutôt d'une adolescente : en découvrant la nouvelle étape ci-dessous du dessin, vous en aurez la preuve en regardant l'épaule que le tissu glissant sur la peau dévoile...

 

05---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin---Kiwanja.JPG


MERCREDI 7 DECEMBRE 2016 

 

Protegee, cette jeune fille congolaise, souffre.

Pourquoi ces larmes essuyées de l'avant-bras sur le col du T-Shirt? 

Pourquoi ce bras droit tendu vers l'arrière ?

06 - insoutenable détresse - dessin au crayon de jean-clau

 

Vous souvenez-vous ? A l'automne 2008, la province du Nord-Kivu de la République démocratique du Congo est en pleins troubles. Partout, des milliers et des milliers de civils sont forcés à fuir les combats. Malgré la présence des troupes des Nations-Unies. La plus forte présence au monde. 

Protegee, au milieu d'une foule d'un millier d'autres fuyards, marche depuis trois jours. Elle a parcouru une vingtaine de kilomètres, après avoir été séparée de sa mère alors qu'elles abandonnaient leur village. Protegee soutient d'un bras, sur son dos, sa petite nièce Reponse, effrayée, qui s'agrippe à elle de toutes ses forces...  Aussi terrorisée qu'elle... Plus encore ! 

 

07---insoutenable-detresse---dessin-au-crayon-de-jean-clau.JPG

 

Protegee protège ... Il le faut. 

Il faut sauver Reponse. Il faut la sauver. Il faut se sauver. 

Il faut retrouver ses parents. Les siens. Les leurs. 

Pour elle. Pour elles.    

Il faut, il faut, il faut ... Il le faut.

 


 VENDREDI 9 DECEMBRE 2016  

« Trois millions de morts, c’est ce qu'on appelle une crise de basse intensité. Peu de grands titres dans la presse. Pas de manifestations, de collectes de fonds. Les chanteurs sont muets, les pétitionnaires aussi. Qui soutenir dans une affaire aussi compliquée ? Où sont les bons, les méchants, les persécutés ? ».

Cette citation de Colette Braeckman (Les nouveaux prédateurs. Politique des puissances en Afrique centrale, Fayard, 2003), journaliste belge spécialiste de la République Démocratique du Congo, résume bien le questionnement que l’on est en droit d’avoir à propos des violences connues par ce pays.

 

08 - insoutenable détresse - une guerre sans fin - Kiwanja

 

Trois millions de morts... en 2003, date de la publication du livre. D'autres sources parlaient de quatre millions...

A ce jour, d'après le site Cluster News (lien), le double... 

La RDC traverse une succession de conflits depuis le début des années 90.  Si le pays semblait avoir retrouvé une certaine stabilité sous Joseph-Désiré Mobutu, le « léopard de Kinshasa », entre 1965 et 1997, les tensions s’étaient ravivées dans les années 90. Le pays a connu des affrontements armés entre différentes communautés, d’autres violences découlant de l’épisode tristement célèbre du génocide rwandais de 1994, puis deux guerres, baptisées prosaïquement première et deuxième guerre du Congo. Le premier conflit (1996-1997) a vu la chute de Mobutu, évincé par Laurent-Désiré Kabila, tandis que le second (1998-2003) a opposé la RDC à certains de ses voisins, tout en étant soutenu lui-même par d’autres Etats limitrophes.

Depuis, tous les problèmes à l’origine des différents conflits sont loin d’être réglés : entre octobre 2008 et janvier 2009, date de son arrestation, l’offensive du général Laurent Nkunda - officier rebelle tutsi soutenu par le Rwanda, qui s'illustra déjà en 2002 lors des massacres de Kisangani - , est là pour rappeler que la RDC est toujours enlisée dans une guerre larvée – qui fait rage depuis une vingtaine d'années - ravageant une grande partie de l’est de son territoire.

Cette photo que j'ai dessinée, cette image de Protegee portant à bout de bras sa nièce Reponse a été prise le jeudi 6 novembre 2008, alors que les forces de Nkunda intensifiaient leur offensive sur le Nord Kivu, forçant des centaines de milliers de personnes à fuir les combats, et ce malgré la plus forte présence des troupes des Nations-Unies au monde.

Je vous raconterai bientôt ce terrible jeudi 6 novembre 2008.


DIMANCHE 11 DECEMBRE 2016  

Kiwanja : le Srebenicza du Congo

 

Selon un rapport de l’organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) publié en décembre 2008 à Kinshasa, au moins 150 civils (186 selon la Croix Rouge) ont été tués les 4 et 5 novembre de cette même année dans la ville de Kiwanja, dans l'est  de la RDC, la plupart exécutés sommairement par la rébellion de Laurent Nkunda, ces exécutions dont furent témoins Protegee et sa nièce Reponse, ces exécutions qui les obligèrent à fuir la ville pour tenter de sauver leur vie.

 

Sur base de plus de cent entretiens, HRW estime qu'au moins 150 habitants de Kiwanja ont été tués les 4 et 5 novembre à Kiwanja. La plupart des personnes tuées à Kiwanja ont été exécutées sommairement le 5 novembre par les forces du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) du commandant rebelle Laurent Nkunda, assure HRW. Il s'agit du pire massacre dans la province du Nord-Kivu en deux ans. HRW dénonce des crimes de guerre commis par les deux parties, assurant que les rebelles de Laurent Nkunda et les milices Maï-Maï (des combattants irréguliers congolais qui coopèrent parfois avec les forces gouvernementales mais agissent aussi en francs tireurs) ont délibérément tué des civils au cours des deux derniers jours. Avec une virulence exceptionnelle, HRW met en cause les Casques bleus, qui disposent d’une base à Kiwanja : ils n’ont pas pris les mesures adéquates pour protéger les civils et n’ont mené que quelques patrouilles pour limiter les violences. HRW conclut : ces casques bleus, dont c’est pourtant le mandat, sont tout simplement incapables de protéger les civils qui sont délibérément visés.

 

La ville de Kiwanja, située à environ 80 km au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu, était passée sous contrôle rebelle le 29 octobre. Mais des milices pro gouvernementales Maï-Maï avaient brièvement repris la localité le 4 novembre. Le 5 novembre, le CNDP avait lancé une contre-offensive. Après avoir rétabli leur contrôle sur Kiwanja, les rebelles ont lancé une opération brutale contre les éventuels combattants Maï-Maï restants ou leurs sympathisants supposés, affirmait HRW.

 

09----insoutenable-detresse---dessin-au-crayon-de-jean-cla.JPG

un dessin de 30 X 40 cm

 

 

Colette Braeckman (voir mise à jour précédente) relate ainsi ce drame humain (extraits choisis).  

 

Au secours… Les hommes en armes passent de maison en maison. Ils s’emparent de tous les garçons et jeunes hommes et leur fracassent le crâne. Une femme de Kiwanja m’a appelée jeudi soir en pleurant, disant que les militaires de Laurent Nkunda étaient en train de massacrer la jeunesse de Kiwanja depuis mercredi à 13 heures. Ils font une opération de porte-à-porte pour enlever et tuer les jeunes garçons et filles entre 12 et 33 ans.

Des messages de détresse venus de Kiwanja ont commencé à affluer en Europe dès mercredi soir, deuxième jour des assassinats. Sur le terrain, les équipes de l’ONU, qui ont une base militaire à Kiwanja même, ont commencé à enquêter dès … vendredi midi sur d’éventuelles violations des droits de l’homme afin de déterminer les responsabilités. Il est vrai que, tentant des sorties, les Casques bleus ont à plusieurs reprises été la cible de tirs croisés et qu’ils ont tenté de protéger les réfugiés qui s’étaient placés sous leur protection aux abords de la base. Dès mercredi cependant, des journalistes se sont déjà rendus sur le terrain, dont Thomas Scheen, reporter pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Des reporters de la BBC ont également gagné Kiwanja jeudi. Ils ont vu des cadavres gisant dans les maisons et enregistré des récits d’horreur.

Des civils massacrés pratiquement sous les yeux de Casques bleus impuissants ou indifférents. Kiwanja serait-il un Srebenicza congolais ? A la décharge des soldats de la paix, un porte-parole de l’ONU a cependant déclaré que les soldats ne pouvaient tirer sur les rebelles, car ces derniers étaient entourés de civils qui couraient dans toutes les directions

 

10---insoutenable-detresse---dessin-au-crayon-de-jean-clau.JPG


MARDI 13 DECEMBRE 2016  

 

Peut-on rester indifférent face à un tel désarroi ? 

12 - insoutenable détresse - une guerre sans fin - Kiwanja

format du dessin  30 x 40 cm

Chacun de mes dessins est le fruit d'un travail méthodique et de longue haleine, réclamant beaucoup de concentration. Combien de temps te faut-il ? me demande-t-on souvent... Un mois pour celui-ci, plus d'une centaine d'heures de travail, cent cinquante heures peut-être...

Jamais de repentir possible, comme dans la vie où aucune gomme ne permet d’effacer l’existence accomplie. Et comme tout effacement laisse d'infimes traces sur le papier immaculé, je ne m'en autorise que rarement. Une fois les repères pris, l'hésitation est interdite. Par ailleurs, je protège en permanence l'entièreté de la feuille : seul l'élément que je suis occupé à dessiner n'est pas recouvert. Pas à pas, millimètre par millimètre, mes traits remplissent l'espace vierge que je découvre puis recouvre, progressivement. Je ne reviens pas en arrière, ou exceptionnellement.

Tous les détails que je décèle sur une photo couleur, ma perception de ce qu'elle dévoile, les impressions qui m’envahissent au fur et à mesure de son observation, je les transforme en une impression avec mes mines, en noir et blanc, sur le papier...

Puisse cette impression à la mine de plomb, ce dessin, traduire l’impression de mes sentiments d’incompréhension face à une telle absurdité ; l'impression d’un besoin de la montrer pour que l’on sache ; l’impression intime d’un sentiment d’amour du monde qui m’entoure. Ce monde, je désirerais tant qu'il devienne meilleur, même si ce désir peut paraître inassouvissable, inapaisable ...

 

13---insoutenable-detresse---une-guerre-sans-fin---Kiwanja.JPG

 

Dans les prochains jours, vous découvrirez enfin la photo de presse, primée,

cette photo qui m’a bouleversé, qui m'a inspiré ce dessin.

Je vous raconterai ensuite l’épilogue de son histoire...

 Sera-t-il heureux, ou plus terrible encore ?   

 

12 - insoutenable détresse - une guerre sans fin - Kiwanja

  format du dessin  30 x 40 cm 

 


 
VENDREDI 16 DECEMBRE 2016  
 
 

CONGO---PRIX-BAYEUX.JPG

  2008 © Jérôme DELAY


   PRIX BAYEUX-CALVADOS DES CORRESPONDANTS DE GUERRE DE L'ANNEE 2009 

  1er prix du jury public et 3e prix du jury international (catégorie photo)

 


Jérôme DELAY Jerome-DELAY.jpg (ASSOCIATED PRESS)

 

Première ville libérée de France continentale en juin 1944, la ville normande de Bayeux, associée au Conseil général du Calvados, a lancé en 1994, dans le cadre du 50e anniversaire du Débarquement en Normandie, cet événement international annuel qui consiste en la remise d'un Prix prestigieux à des journalistes du monde entier qui exercent leur métier dans des conditions périlleuses pour nous permettre d'accéder à une information libre. 

Au-delà de la remise de trophées (qui concernent toutes les catégories de médias - presse écrite, radio, télévision et photographie -), le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre propose chaque année une semaine riche en échanges, rencontres, débats avec le public pour prendre le temps de mieux comprendre l'actualité internationale. 


 

Jérôme Delay avait suivi l'offensive du général Laurent Nkunda dans le Nord Kivu à l'automne 2008.  

 

Laurent-Nkunda-by-Jerome-DELAY--AP-.jpg

 

Il avait photographié, inlassablement -12000 clichés -, afin que l'on sache de par le monde ; il voulait porter un regard objectif sur ces milliers de déplacés, ces milliers de réfugiés ; il voulait faire connaître à tous ce regard objectif sur une population meurtrie, si souvent oubliée.  

 

01---exode-Kiwanji---Jerome-DELAY.jpg

02---exode-Kiwanji---Jerome-DELAY.jpg

03---exode-Kiwanji---Jerome-DELAY.jpg

associated-press---liwanji---Jerome-DELAY.jpg

 Jérôme DELAY présentait ensuite - à l'occasion de l'édition 2010 du Prix Bayeux des correspondants de guerre - 180 de ses photos (sous forme de tapisserie, clin d’œil à la célèbre tapisserie de la ville !) lors d'une exposition intitulée "Congo, une guerre sans fin".   

 12 - insoutenable détresse - une guerre sans fin - Kiwanja

CONGO---PRIX-BAYEUX.JPG

Il avait photographié Protegee :

elle n'avait pu lui dire que son prénom,

elle avait juste pu lui dire qu'elle était à la recherche de sa mère...  

 

L'histoire de cette photo aurait pu s'arrêter là, sans cette consécration par le public. Ce prix l'avait rendue célèbre. Sa publication dans de nombreux médias avait rapidement suscité l'émoi et l'envoi de centaines d'e-mails de personnes à travers le monde nourrissant l'espoir que quelqu'un, l'auteur de la photo peut-être, pourrait tenter de partir pour les retrouver et les aider.  

Alors, Jérôme Delay était retourné à Kiwanja, appareil numérique et photo à la main, avec l'espoir ténu, vain peut-être, de revoir ces fillettes vivantes et les aider à retrouver leur famille ; à moins que ces vœux ne soient déjà réalisés...

 


DIMANCHE 18 DECEMBRE 

"J'ai photographié la guerre et les réfugiés partout dans le monde depuis le début des années 1980. 

Je n’ignorais pas que mes chances de succès étaient minces en décidant de partir à la recherché de Protegee et de sa nièce. Mais j’avais été particulièrement touché par les réactions des lecteurs à la publication de cette enfant au visage défiguré par la peur et le désespoir, portée par une fillette en détresse : j'étais déterminé à essayer de les retrouver et de les aider.

Je n'ignorais pas que mes chances de succès étaient minces : je voyais des enfants marchant seuls sur les routes chaque jour. Des années de violence sporadique dans l'Est du Congo et les récents combats entre l'armée et les combattants fidèles au chef rebelle Laurent Nkunda avaient déplacé au moins 250 000 personnes, et ce malgré la présence de la plus importante au monde des forces de paix des Nations Unies. Des centaines d'enfants avaient été séparés de leurs familles depuis que les combats avaient éclaté en août et en une semaine, selon l'UNICEF, plus de 1600 enfants de la province du Nord Kivu étaient à la recherche de leurs parents. Leur jeune âge et leur incapacité à donner des informations détaillées - ainsi que le manque de documents officiels dans la campagne congolaise - rendaient encore plus difficiles ces recherches.

Kiwanja est une ville typiquement africaine avec une bande de chemin de terre bordée de quelques petits magasins  en guise de rue principale, un rond-point, un carrefour, et les bidonvilles tentaculaires s’étendant à l'infini sur les collines avoisinantes. Atteindre Kiwanja signifiait traverser une ligne de front instable à quelques kilomètres au nord de Goma, croiser des centaines de rebelles lourdement armés et les troupes gouvernementales déployées de chaque côté, parcourir un trajet cahotant de deux heures sur une route anciennement pavée, devenue aujourd'hui un nid de poule géant.

La photo de Protegee et Reponse à la main, j'ai commencé à questionner autour de moi. Les femmes fronçaient les sourcils : elles ne connaissaient pas ces filles. Pas plus de chance à la cour d'école ou à la clinique. Sur le point de rentrer à Goma, je me suis encore arrêté près d'une base des Nations Unies. Quelques jours plus tôt à peine, sa périphérie avait en effet accueilli des milliers de réfugiés. Pourtant, il ne restait plus que des squelettes de huttes de fortune et une tente blanche du UNHCR. (agence des Nations Unies pour les réfugiés).

 

Je me suis aventuré à l'intérieur de la tente. Là, les yeux de Maria Mukeshimani se sont éclairés à la vue de la photo. La femme, qui avait elle-même été déplacée suite aux violences, connaissait ces enfants : elle les avait vus dans cette même tente cinq jours plus tôt et elle connaissait la mère de Protegee ainsi que son nom Esperance Nirakagori.  Esperance - le mot français pour l'espoir.

Esperance s’était, paraît-il, refugiée à l'église catholique locale de Kiwanja. Je suis arrivé là-bas, accueilli par les voix d'une chorale. C'était la messe du soir. «Quelqu'un sait-il si Espérance habite par ici ?" ai-je demandé.  Un homme âgé m'a répondu que je la trouverais dans une petite maison à proximité.

Vêtue d'une robe jaune et bleue, Espérance m’a accueilli. Son foulard était mouillé de sueur et elle parlait doucement. Je lui ai montré la photo et elle a souri à la vue des filles. Elle m’a expliqué que Protegee et Reponse avaient erré seules, égarées, pendant trois jours, lorsque la famille avait fui à pied leur village de Kiseguru, à une vingtaine de km de là. Protegee avait dormi une nuit dans une église, sans nourriture ni eau, blottie contre Reponse sous un léger foulard.

J’ai été soulagé d’apprendre qu'elle les avait retrouvées. Malheureusement, trop faible pour faire elle-même le voyage, elle avait dû les renvoyer aussitôt chez sa fille aînée, dans leur village, seules et à pied, car elle craignait pour leur sécurité à Kiwanja. Elle continuait à regarder la photo. Ce n'est que lorsque je lui dis que je reviendrais le lendemain matin pour la conduire et rejoindre les filles à Kiseguru que son visage s'illumina en un large sourire sincère.

Nous partîmes le lendemain après un arrêt dans un restaurant en ville. Esperance était calme durant tout le trajet. Arrivée dans le village, elle serrait la photo des filles pendant qu’elle marchait dans les rues, une ribambelle d'enfants excités dans son sillage.

Les retrouvailles avec Protegee et Reponse, dans une petite cabane en terre, furent brèves. Elles se sourirent mutuellement. Personne ne parlait. Protegee est une jeune fille timide qui n'avait que deux mois quand son père avait été tué au Congo de la dernière guerre sanglante.

 

"Etes-vous heureux de voir votre mère?" lui demandai-je. 

Elle répondit, d'une voix douce: "Oui."

 

A.jpg

Esperance Nirakagori, Reponse et Protegee dans leur hutte à Kiseguru,

lors de leurs retrouvailles du 17 novembre 2008.  

 

Protegee raconta comment elle était arrivée épuisée à Kiseguru le 12 novembre. Quand elle avait voulu trouver refuge dans sa famille, elle avait trouvé la maison vide - sa sœur et les autres membres de sa famille avaient fui. Pendant cinq jours, elle avait attendu qu’un adulte arrive. Personne ne venait. Elle avait l'intention de partir pour Kiwanja et rejoindre sa mère le jour même où je l’avais photographiée.

Protegee, Reponse et Espérance sont maintenant revenues à Kiwanja. Elles ont installé un lit dans le coin d'une chambre dans la propriété de l'église catholique. A l'extérieur, le Programme alimentaire mondial de l’ONU distribue de la nourriture, mais la situation dans la ville reste volatile.

Avant mon départ, j'ai offert à Esperance la photographie des enfants. Elle l’a tendue à Protegee, qui, avec Reponse sur ses genoux, l’a longuement regardée. Je les ai laissées là, sur leur lit, serrant la photo, l'une de leurs rares possessions.

Quand je leur demandai quand elles retourneraient dans leur village, Esperance répondit : «Quand la guerre sera finie."

 

texte inspiré d'un interview en anglais de Jérôme DELAY

extraits - traduction personnelle

 

 

B.jpg

Protegee ferme la porte de sa hutte avant de quitter le village de Kiseguru,

pour la seconde fois, le 17 novembre. 

2008 ©  Jérôme DELHAY


C.jpg

Protegee est suivie d’une ribambelle d’enfants en quittant Kiseguru.

  2008 ©  Jérôme DELHAY 

 

D.jpg

Protegee montre comment elle enroulait une couverture sur elles

lorsqu’elle dormait dans l’église avec sa nièce.

2008 ©  Jérôme DELHAY

 

E.jpg

Protegee montre l’église où elle a passé une nuit avec sa nièce Reponse. 

2008 ©  Jérôme DELHAY


Mes principales sources d'information pour la rédaction de "insoutenable détresse" :

 

Le prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre

Le Soir : les carnets de Colette Braeckman

The Sacramento Bee : Congo conflict continues

Human Rights Watch : killings in Kiwanja

reliefweb : massacres à Kiwanja

 

Human Rights Watch : massacres à Kiwanja : rapport PDF

 

Un blog d'un africain sur le bilan du massacre 

The Digital Journalist : finding Protegee and Reponse

The Sacramento Bee : children and mother reunited.

mouche-copie-1.gifImage du Blog ypjane.centerblog.net