Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 février 2016

Le corbeau, un oiseau de malheur ou de bon augure ?

Présentation progressive d'un dessin inédit, à ce jour - 18 janvier - bientôt achevé.

          consultez aussi la page publiée ce dimanche 14 février         

          Henri Gougaud, Le livre des chemins, chapitre 24, le corbeau.        

     par un simple clic sur l'image du corbeau ci-dessous      

1149730154.jpg

Les nombreuses sources d'informations consultées pour la rédaction de cet article

sont mentionnées en toute fin de présentation.

 

LUNDI 18 JANVIER 2016

De prime abord, l'aspect de cet oiseau paraît justifier l’antipathie que sa présence soulève.

1215997415.gif

Dans nos contrées occidentales, le corbeau de couleur noire signe de deuil est considéré comme malveillant, dévoreur de récoltes ou de jeunes poussins, amateur de charognes.  Son cri lugubre irrite souvent ceux qui le perçoivent.

Vivant en communautés, il construit son nid sur les branches supérieures des plus hauts arbres.  Dispersés la journée, ces oiseaux s’y rassemblent au crépuscule pour de longs conciliabules et d’orageuses discussions où chacun semble raconter ses péripéties de la journée.

Que ce soit au printemps au moment des reproductions, ou en automne et hiver lors des longues heures passées dans le dortoir, le corbeau ne cherche pas sa nourriture là où il gîte :  il part le matin pour ne rentrer que le soir.

582678901.jpg

1594255262.gif

JEUDI 21 JANVIER 2016

Et pourtant, cette sombre image est récente.  Nombre de mythologies anciennes louent sa sagesse, sa mémoire et ses dons de prophétie, en lui donnant un aspect protecteur, voire civilisateur, proche du bonheur.  L’animal est souvent perçu comme un intermédiaire entre l’homme et le monde des dieux.

Chez les Scandinaves par exemple, un nom à lui seul évoque le corbeau, celui d’Odin, roi des dieux de la mythologie nordique aux fonctions multiples, appelé aussi Hrafnagud, c’est-à-dire dieu aux corbeaux.

Odin est borgne, ce qui, dans la civilisation scandinave, fait de lui un voyant. 

Deux corbeaux l'accompagnent, perchés sur ses épaules.  Hugin, la mémoire, et Munin, la réflexion et la pensée, oiseaux inséparables de ce dieu souverain et maître du destin des mortels, font de lui le dieu de la connaissance, de la science et du savoir.

A l’aube, Odin les envoie voler à travers le monde entier ; ils reviennent à l’heure du déjeuner et lui glissent ensuite à l’oreille tous les événements qu’ils ont vus et entendus.

                 2651134352.jpg

détail d'une image de la mythologie scandinave provenant du manuscrit du 18e siècle "SÁM 66"

- Institut islandais Árni Magnússon -

(source :  WIKIMEDIA COMMONS - clic gauche sur l'image pour une vision complète)

Nuance importante, plus encore que dieu de la guerre, Odin est le dieu de la victoire, une victoire obtenue par la ruse, la stratégie et l’intelligence davantage que par la force brutale. En ce sens va le corbeau, oiseau fatidique qui sait ce qui va arriver car il est pourvu du don prophétique.

1933509769.JPG

                    Cette fascination exercée par le corbeau sur les peuples nordiques explique sa représentation fréquente sur les bannières des armées vikings, pliant sous le vent et donnant l'impression qu’il bat des ailes.

3893764116.JPG

1594255262.gif

DIMANCHE 24 JANVIER 2016

 

1371767915.jpg

Caspar David FRIEDRICH - Greifswald, 1774 - Dresde, 1840

L'Arbre aux corbeaux (côte de la mer Baltique) - vers 1822 - Musée du Louvre, Paris.


Le chêne, frappé par le temps, enraciné dans un tumulus de l'époque des Huns (" Hühnengrab"), évoque la vaine gloire du héros païen enseveli là.  Oiseaux noirs, feuilles mortes, souches aux formes menaçantes sont signes de mort et d'adversité ; le paysage lumineux du fond, avec Arkona au loin (île de Rügen), évoque au contraire l'espoir chrétien de la vie éternelle.

1594255262.gif

Dans la mythologie celtique, le corbeau est associé à Bran (bran signifie corbeau en gaélique), le dieu des navigateurs, car ils l'emmènent avec eux pour le lâcher en temps opportun en pleine mer : son vol indiquera la direction de la terre.

Les Celtes lui attribuent également des fonctions prophétiques : Bodb, déesse de la guerre, observe les batailles sous forme de corneille.  Le cri et le vol de l'oiseau, par ailleurs, sont l’objet d’augures.

Cependant, le corbeau est aussi l’emblème du mal, par opposition au cygne, symbole de pureté.  Charognard, il déchire les chairs des cadavres humains exécutés et abandonnés sur les champs de bataille et est associé aux morts et aux âmes perdues.  La poésie galloise témoigne de ce symbolisme en utilisant la métaphore "le corbeau t’a percé" pour dire "tu es mort".  En outre, les Celtes croient que le corbeau accompagne le soleil dans sa course nocturne, c’est-à-dire aux enfers.

      

2106361532.jpg

1727516836.jpg

1594255262.gif

MERCREDI 27 JANVIER 2016

Dans la mythologie grecque, le corbeau est le messager des dieux, plus particulièrement d’Apollon, l'une des principales divinités.  Follement amoureux de la princesse Coronis, fille du roi Phlégias, il confie à un corbeau blanc la responsabilité de veiller sur sa bien-aimée et de la protéger.  Lorsque le dieu apprend qu’elle lui est infidèle et séduite par un être mortel, Ischys, il est fou de rage et envoie sa sœur Artémis tuer la jeune fille d’une flèche en pleine poitrine, alors qu'elle est enceinte de lui.  Mais pris de pitié pour l'enfant à naître, il arrache ce dernier du ventre de sa mère (qui se consume sur le bûcher) et le porte au centaure Chiron, qui l'élève et lui enseigne l'art de la médecine.

Pour punir l'oiseau de sa négligence, Apollon l'habille d’un plumage noir.

Apollon le charge aussi d'aller chercher de l'eau : distrait par la découverte fortuite d'un figuier dont les fruits ne sont pas mûrs, plutôt que d'accomplir sa mission, le corbeau choisit de rester près de l'arbre en attendant qu'ils soient comestibles... Il est condamné à mourir de soif et remplacé par une chouette, par ailleurs moins bavarde.

638328836.jpg

         

Apollon portant une couronne de laurier ou de myrte, un péplos blanc, un himation rouge et une paire de sandales est assis sur un diphros aux pieds de lion.  Il tient une cithare dans la senestre et verse une libation de la dextre.  Face à lui un oiseau noir identifié à un pigeon, un choucas, une corneille (allusion possible à sa liaison avec Coronis) ou un corbeau (oiseau aux pouvoirs mantiques).

Médaillon d'un kylix attique à fond blanc d'attribution incertaine (Peintre de Pistoxénos, Peintre de Berlin ou Onésimos ?), v. 460 av. J.-C. D. 18 cm.

Provenance : une tombe à Delphes, vraisemblablement celle d'un prêtre. Musée archéologique de Delphes, Inv. 8140, salle XII.

source :  WIKIMEDIA COMMONS
 

  clic sur l'image pour une visualisation complète

C'est donc par son égoïsme, sa désobéissance et sa négligence, ou encore par sa fonction de messager des dieux, porteur de mauvaises nouvelles, que le corbeau devient oiseau de malheur chez les Grecs.

1706999071.jpg

 

1594255262.gif

SAMEDI 30 JANVIER 2016

1 - Dans le christianisme, le corbeau apparaît pour la première fois dans l'Ancien Testament, au livre de la Genèse, dans le récit du déluge et de l’Arche de Noé qui en donne l’image d’un animal plutôt infidèle et égoïste.  En effet, Noé, au bout de quarante jours de pluies incessantes, lâche un corbeau, animal impur, pour savoir si l'eau a baissé ou non et si la terre est en vue.  Il ne semble pas capable de comprendre les signes avant-coureurs de la décrue des eaux. Le corbeau tourne en rond, ne fait qu'aller et venir sans vouloir se poser.  Il ne prévient pas de la fin du déluge, et passe donc pour un jouisseur.  Noé choisit ensuite la colombe, animal pur, et la lâche.  Elle reviendra avec en sa bouche une feuille d’olivier, signe que les eaux ont baissé au-dessus des terres.

 

 

 

 

957308307.jpg

2 - Mais dans la Bible, le corbeau joue parfois un rôle bénéfique. Permettez-moi de ne proposer que l'exemple ci-après, parmi d’autres...

3 - Le corbeau apparait au chapitre XVII du Livre des Rois, lors d’une longue présentation des monarques ayant gouverné le royaume d’Israël après Salomon.  Pendant le règne du dernier de la liste, Achab, au IXe siècle avant notre ère, c’est la décadence religieuse d’Israël. Les prophètes de Yahvé sont persécutés.  L’impiété est grande...  Elie, le justicier, intervient et dit à Achab : "Par Yahvé vivant, le Dieu d’Israël que je sers, il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie sauf à mon commandement".

 

 

 

 

1658929426.gif

4 - Après une telle insolence, le prophète n’a d’autre alternative que la fuite, car, poursuivi par les milices d’Achab, où pourrait-il se cacher ?  La parole de Yahvé lui est alors adressée en ces termes : "Va t’en d’ici, dirige-toi vers l’orient et cache-toi au torrent de Kerit, qui est à l’est du Jourdain. Tu boiras au torrent et j’ordonne aux corbeaux de te donner à manger là-bas."  Il fait comme Yahvé a dit et part s’établir au torrent de Kerit, à l’est du Jourdain. Les corbeaux lui apportent du pain le matin et de la viande le soir, et il boit au torrent. »

1211056191.jpg

 

1594255262.gif

MARDI 2 FÉVRIER 2016

La mauvaise réputation du corbeau en Europe, récente, correspondrait à l’influence chrétienne sur tous les symboles animaux considérés comme païen.

Dans les civilisations de nomades, de chasseurs et de pêcheurs, le corbeau revêt un aspect positif.

Pour les ethnies indigènes d’Amérique du nord, le corbeau est la personnification de l’Être Suprême chez les Haïdas, ou chez les Tlingits la figure divine centrale qui organise le monde et répand la civilisation et la culture.

Le corbeau n’est pas absent de la symbolique asiatique...

Au Japon, comme il vit en clan dans une organisation sociale élaborée au sein de laquelle il nourrit ses parents - une pratique qui ressemble à la tradition de la société japonaise - , il est l’emblème de l’amour et de la gratitude filiale.

En Chine, il est considéré comme un oiseau solaire.  Des pierres sculptées de l’époque des Hans le montrent au centre du soleil, avec trois pattes représentant le déroulement du cycle solaire sur une journée : lever, zénith et crépuscule.

                

3811055514.jpg

En Afrique noire, le corbeau prévient les hommes des dangers qui les menacent ; il est leur guide et un esprit protecteur.

Il est aussi le messager du dieu de la foudre et du tonnerre des Mayas.

Le Coran raconte que les deux fils d’Adam offrent un sacrifice à Allah.  Seul, celui du fils sincère est accepté, et l’autre fils tue son frère.  Allah envoie alors un corbeau qui gratte la terre pour lui montrer comment ensevelir le cadavre de son frère : c'est en le voyant que le fils d’Adam est pris de remords...

3971491398.jpg

 

1594255262.gif

SAMEDI 6 FÉVRIER 2016

2720795928.jpeg

champs de blé aux corbeaux - Vincent VAN GOGH - Musée Van Gogh, Amsterdam

 - détail -

Van Gogh se serait suicidé peu de temps après avoir peint cette toile.

Cette peinture à l'huile réalisée en juillet 1890 résume, selon les historiens de l'art, les sombres pensées de son auteur, avec ce ciel foncé et menaçant, l’indécision de trois chemins allant dans des différentes directions et les fameux corbeaux noirs, signes de mauvais augure ou même de mort .

 

Rusé comme... un corbeau !

N’en déplaise à La Fontaine et à sa fable Le Corbeau et le Renard, la légendaire intelligence du corbeau est attestée par de nombreuses études scientifiques : ne faudrait-il pas réécrire le texte pour lui rendre justice ?  Fort heureusement, l’écrivain a aussi signé La Corneille et la Cruche, une fable bien plus élogieuse pour sa cousine la corneille qui, assoiffée, ne peut tout d’abord atteindre l’eau d’un pichet pour s’abreuver.  Une relation de cause à effet qui démontre son intelligence : elle collecte alors des cailloux qu’elle laisse tomber dans le récipient et lorsque l'eau atteint un niveau accessible, elle peut étancher sa soif...  

Dans le même ordre d'idées, Il est couramment observé que le corbeau se montre capable de jeter des cailloux dans un tube pour faire monter le niveau de l'eau et s’emparer d’un morceau de nourriture qui y flotte. 

Mieux encore, si on  laisse à sa disposition des cailloux et des morceaux de bois, elle sera capable de discernement et choisira les cailloux.

                                       

 

 

 

2310322382.jpg

Le corbeau, comme nombre d’oiseaux de la famille des corvidés (des passereaux comprenant 130 espèces de corbeaux, corneilles, pies, témias et geais), présente en effet de la matière grise en abondance.  Il est le surdoué de la famille, certains chercheurs le décrivant comme un Einstein à plumes.  Leurs observations le révèlent capable de résoudre des problèmes, de fabriquer des outils ou d’imaginer des manœuvres de tromperie pour arriver à leurs fins.  Cette intelligence exceptionnelle serait apparue, au cours de l’évolution, sous l’effet de deux facteurs : la vie en société et un régime alimentaire omnivore.

la vie en société

Les corbeaux se reproduisent avec succès, jusqu’à 5 à 7 oisillons par portée.  Un corbeau peut vivre jusqu'à 50 ans.  Cette longévité lui permet une organisation sociale élaborée et une formation de clan : lorsqu’un couple niche, des rejetons des années précédentes - jusqu'à l’âge de 5 ou 6 ans - supportent l’élevage des nouvelles couvées par leurs parents en les nourrissant et contribuent au succès de l’espèce...

un régime alimentaire omnivore

Cet oiseau a une grande facilité d’adaptation.  Omnivore, capable de se sustenter de nombreuses manières, il ne doit pas migrer car il adopte une alimentation opportuniste, diversifiée, variable en fonction de ce qu’il trouve ou de ses préférences.  Sa masse corporelle lui confère une isolation thermique qui l’aide à braver toutes les types d'intempéries.  En outre, c’est un gros oiseau, bagarreur s'il le faut (surtout la corneille, qui l’emporte toujours sur les plus petits oiseaux lorsqu’il s’agit de s’approprier la nourriture...)

une intelligence exceptionnelle

L’internet regorge d’anecdotes révélatrices de comportements souples et innovants de corvidés, capables d’établir une relation de cause à effet.

On a observé un corbeau qui volait les prises des pêcheurs en tirant sur leurs lignes, immergées à travers des trous dans la glace, au moment où de petits drapeaux signalaient qu'un poisson avait mordu à l'hameçon.

Un corbeau en captivité humidifiait sa nourriture lyophilisée lorsque son propriétaire oubliait de le faire : il remplissait d'eau une petite tasse en plastique avant de l'apporter jusqu'à sa mangeoire.

Le corbeau, comme d'autres oiseaux et comme les primates, sait ouvrir des noix et coquillages ou utiliser des outils pour rechercher de la nourriture, en développant des techniques qui lui sont propres, comme laisser tomber les objets durs afin de les briser et d'accéder ainsi à leurs parties comestibles.  Le corbeau utilise parfois une technique plus élaborée, plaçant délibérément des noix sur la chaussée afin qu'un véhicule roule dessus et les casse.

Un étonnant stratagème de tromperie, extrêmement révélateur : s’il y a surabondance de nourriture, une expérience montre qu’un corbeau, biscuit dans la bouche, essaie pourtant d'échapper à l'attention des autres et va cacher son butin, le recouvre d'une touffe d'herbes, puis s'en va. Aussitôt, un autre corbeau, qui l'observait, s'empresse d’aller récupérer le biscuit... Surprise : le biscuit n'est pas là, car mine de rien le premier corbeau l'a caché ailleurs.

1642199771.jpg

1594255262.gif

MERCREDI 10 FÉVRIER 2016

J'aurais envie de vous parler encore, tant et plus du corbeau, comme par exemple de la surprenante patience dont il sait faire preuve avant de prendre une décision ; mais je choisirai sagement de conclure aujourd'hui cet article commencé le 16 janvier dernier, car je vous sens dan l'attente de sa fin et ne souhaite en aucun cas prendre le risque d'abuser de votre... patience... même s'il s'agit là d'une qualité humaine par excellence !

Permettez-moi simplement de préciser que dessiner sur ma feuille blanche jour après jour, parfois de nombreuses heures, parfois quelques dizaines de minutes seulement, le plus souvent en début et fin de journée, élaborer progressivement le plumage, la tête, l’œil et le bec de ce fier et noir corbeau, tout cela trois semaines durant, fut pour moi une indescriptible source de joies et plaisirs, mais aussi de doutes et difficultés...

Comme à chaque fois qu'un dessin fraîchement achevé est précieusement glissé dans une grande farde en attendant le passe-partout et le cadre qui le protégeront, je ressens une vague tristesse m'envahir, comme lorsqu'il faut se séparer provisoirement d'un proche qui vous est cher ; bien vite, je m'empresse alors de chasser ce sentiment en entamant, avec une énergie renouvelée, un nouveau travail ; c'est déjà chose faite ! 

Cette fois, je livre un combat contre un moulin à vent... La tâche est géante : je ne sais si je vaincrai...

 

Cette étonnante photo de corbeau dont je me suis inspiré pour mon dessin ...

877766705.jpg

... est extraite de la monographie Entre Terre et Ciel (Between Earth and Sky), parue en octobre 2013, présentant en cinq tomes la majeure partie des œuvres depuis 1999 de la photographe américaine Beth Moon : Portraits du Temps (Portraits of Time), des arbres anciens et légendaires de la planète entière (Le kapokier que je vous avais présenté en août dernier fait partie de ce tome)Le Royaume arrive (The Kingdom Come) où les croyances totémiques mettent en relation l’homme à l’animal ; La Baie d’Odin (Odin's Cove), l’histoire d’un couple de corbeaux vivant dans leur milieu naturel ; Le Jardin sauvage (The Savage Garden), la sinistre beauté des plantes carnivores ; Augures et Devins (Augurs and Soothsayers), portraits photographiques de poulets exotiques.

Cette superbe monographie de Beth Moon propose une approche de ses sujets de prédilection d’un point de vue évoluant entre science et spiritisme, trouvant ses bases dans la réalité qu’elle transpose pour la rendre accessible aux autres, universellement.

1149730154.jpg

Conceptrice de vêtements pour femmes, Beth Moon s’est au fil du temps intéressée à la photo, jusqu’à choisir de prendre elle-même les clichés de ses nouvelles créations plutôt que de confier le travail à des professionnels du métier.  Elle s’est ensuite séparée de sa société pour se spécialiser en photographie, allant jusqu’à expérimenter différentes méthodes alternatives d'impression.  Pour la majeure partie de son travail actuel, elle utilise la technique de Mike Ware, l'impression sur platine.  Depuis une dizaine d’années, elle et sa famille vivent dans la région de San Francisco Bay.

La Baie d’Odin (Odin's Cove) parle du sentiment d’appartenance.  Le tome célèbre la beauté de la nature dans un environnement visuel attrayant, stimulant, inchangé depuis ses origines, où une vue régénératrice de la terre peut être découverte dans les falaises luxuriantes dominant la mer et où l’on peut se laisse bercer par la musique des ailes des corbeaux.

Ce projet, né lors d’une série de voyages à un endroit très particulier du littoral californien, a permis à Beth Moon de développer ce qu’elle décrit comme une relation d’amitié avec un couple de corbeaux.  Trois années durant, elle a effectué plusieurs voyages vers ces contrées uniques au monde, et sa relation d’amitié avec les corbeaux a grandi.

Ils m’ont appris, écrit-elle, tant de choses sur leur vie et leur personnalité, à la fois pirates et prophètes, capables de magie comme de sottises, leurs appels gutturaux répétés par l’écho de colline en colline sur ce bord de mer...  A travers cette série de portraits, ils m’ont confié leur loyauté l’un pour l’autre, m’ont accueillie dans les lieux les plus secrets de leur territoire et m’ont permis de partager leur vie dans une nature à l’état sauvage...

Chaque fois que je revenais dans cette baie, les corbeaux me reconnaissaient, volant et s’approchant pour saluer mon arrivée.  Espèce incroyablement intelligente, les corbeaux sont capables de reconnaître les visages humains.  Avec le temps, ce couple s’habituait à ma présence et l’appréciait... et je veillais à ne pas m’immiscer dans leur espace de vie.  Les corbeaux sont des créatures très loyales, s’unissant pour la vie, créant des liens indestructibles.  En observant discrètement ce couple, j’étais témoin de leur partenariat impénétrable.  Ils passaient la majeure partie de leur temps ensemble, et s’ils s’éloignaient l’un de l’autre, ils restaient en contact par de petits cris gutturaux.  Ils se nourrissaient l’un l’autre…  C’était attachant d’observer leurs parades amoureuses.

1719979642.jpg

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour m'informer et élaborer l'article qui accompagne ce dessin de corbeau,

j'ai consulté les sites listés ci-dessous et me suis inspiré de bon nombre d'entre eux.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.bethmoon.com/Odon'sCoveIntro.html

http://ashp.revues.org/407

http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/act...

http://betweenearthandsky.info/

http://www.bdtheque.com/search.php?cboThemes=731&chkD...

http://al-wassat.com/2012/07/20/le-corbeau-ruse-comme-un-...

http://www.equi-nox.net/t9224-le-corbeau

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Apollo_black_bird...

http://cathygarcia.hautetfort.com/

https://krapooarboricole.wordpress.com/2011/02/23/la-fin-...

http://temporel.fr/+-numero-13-+

https://books.google.be/books?id=bW4rAgAAQBAJ&pg=PT64...

http://litteradoc.free.fr/gratos/c_corbo/symbolique%20du%...

http://ashp.revues.org/407

http://www.autourdelalune.com/animal-totem/le-corbeau-et-...

http://autourdulivre.free.fr/divreitorah/noah.html

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-ruse-comm...

https://www.contrepoints.org/2014/08/12/176791-la-corneil...

https://ici.radio-canada.ca/actualite/decouverte/reportag...

https://scribium.com/corinne-vomscheid/a/quelle-est-la-di...

http://www.bdtheque.com/search.php?cboThemes=731&chkD...

https://www.youtube.com/watch?v=AVaITA7eBZE&feature=y...

https://www.youtube.com/watch?v=ZerUbHmuY04

https://www.youtube.com/watch?v=URZ_EciujrE

 

 

928380398.gif

 

... à bientôt pour un nouveau voyage,

là où mes mines me mèneront ...

 

 

928380398.gif

 

928380398.gif

Commentaires

Oui, le corbeau n'a pas bonne réputation, tout comme les chats noirs!! Incroyable comment le cerveau humain peut définir tel ou tel être en fonction de la couleur!! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 20 janvier 2016

Bonjour, Fan.
Oui, nos yeux d’occidentaux associent le noir au deuil, à la tristesse et au désespoir, à la peur et à la mort. Il fait également écho à l’autorité, l’austérité et la rigueur, peut-être par les tenues séculaires des prêtres et religieuses.

Cependant, le noir peut également offrir un visage différent si l'on l'associe à l'élégance et à la simplicité. D'apparence neutre, il n'exprime pas à proprement parler de sentiments passionnés. Pourtant, il est utilisé dans les produits de luxe évoquant l’élégance et la noblesse : les coffrets de bijoux ou les grosses berlines par exemple sont souvent noirs.

Écrit par : Jean-Claude | 20 janvier 2016

Je croyais que ce superbe oiseau était terminé mais je constate qu'il lui reste quelques finitions!! il est magnifique et le fait de partager des histoires le concernant!! j'adore! pédagogiquement parlant, c'est parfait! Merci à toi! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 09 février 2016

Je te remercie, Fan !
C'est demain matin que paraîtra la dernière mise à jour de cet article : les dernières plumes lissées, mon corbeau guettera ton regard attentif pour savoir s'il mérite bien d'être qualifié de "superbe" !
Et une dernière page de l'histoire se tournera, avec la présentation de la photo originale et de son talentueux auteur...

Écrit par : Jean-Claude | 09 février 2016

Ah, je peux admirer ton superbe travail!! ce corbeau est magnifique et l'histoire de BethMoon est un enchantement!!Nous ne verront plus le corbeau comme un oiseau de mauvaise augure!!et Jean de La Fontaine ne l'avait pas assez étudié!! cet oiseau est intelligent, que l'on se le dise! Bravo Jean Claude !! Bisous Fan

Écrit par : FAN | 11 février 2016

Merci Fan, d'être venue et revenue admirer mon superbe corbeau... Je me réjouis que tu apprécies le dessin et l'article qui l'accompagne.
A bientôt pour un nouveau voyage, "là où mes mines me mènent..."

Écrit par : Jean-Claude | 14 février 2016

Voilà Jean Claude qu'aujourd'hui je peux te laisser 1 com, après avoir été "infectée" d'un soi-disant virus "Tapsnake" !!!!!.......je n'y comprends rien.........j'adore ton corbeau, c'est vrai que c'est un oiseau très intelligent, j'ai par le passé connu une personne qui en avait apprivoisé un et il vivait chez lui ou à proximité et ils étaient très liés.......en tout cas bravo pour ton dessin, vraiment !

Écrit par : TIFET | 12 février 2016

Je suis désolé que ce virus "Tapsnake" ait choisi d'infecter ton ordinateur ; heureusement, tout semble être rentré dans l'ordre et tu as pu m'écrire ce charmant commentaire. Merci !

Écrit par : Jean-Claude | 14 février 2016

Il est vrai qu'il peut paraître malveillant dans cette image animée, au début de votre article, avec ses ailes déployées et sa queue étalée lui donnant l'aspect d'un être maléfique. Puis tout s'adoucit avec les étapes de votre dessin et les éclaircissements apportés par vos textes : yeux et oreilles du dieu Odin, guide des navigateurs celtes, compagnon du Soleil et des vents...

Le corbeau, emblème du Mal, porteur de mauvaises nouvelles, mais aussi oiseau compatissant, rusé, doté d'une grande intelligence... Votre dessin transmet à merveille son oeil curieux, inquisiteur, le soupçon de défi que son bec tente de cacher et les merveilleux reflets de son plumage, reflets satinés, luisants, soyeux, qui semblent mouvants. Merci.

Écrit par : Améthyste | 17 février 2016

Notre époque n’épargne guère l’espèce, même si c'est utile et réfléchi : dans de nombreuses régions, dans de nombreux pays, entre autres pour préserver les cultures, le corbeau freux et la corneille noire peuvent être détruits à tir une partie de l’année, dans l’enceinte d’une corbeautière, ou par piégeage et battue (bien heureusement, le tir dans les nids est interdit).

Vous avez ressenti qu’avec cet article, je souhaitais "redorer le blason" de cet oiseau céleste pour certains, maléfique pour d’autre, connu depuis des temps immémoriaux, objet de nombreuses croyances.

Vous avez particulièrement perçu, comme moi, la beauté de ce plumage irisé d’étonnants reflets, la profondeur de son regard et l’esthétisme de son bec, que j’ai tenté d’accentuer par mes mines...

A mon tour de vous remercier.

Écrit par : Jean-Claude | 19 février 2016

Écrire un commentaire