Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2014

"cheval de rêve" : un dessin de cheval blanc, en noir et... gris !

En bas de page

dernière mise à jour du samedi 1er mars :

dessin achevé.

 

LUNDI 10 FEVRIER 2014

Ce cheval blanc, dessiné en 2009, est d’une singulière et unique élégance.

 

Grâce, peut-être, à son épaisse crinière ?

Que penser de son œil sombre qui semble vous scruter ?

 

Lorsque je sondais chaque détail de la photo pour le reproduire à l’identique,

son regard impénétrable me donnait envie de connaître ses pensées.

Mais dites-moi, vous que les chevaux charment peut-être, au point d'en tomber amoureux,

est-il possible de comprendre ce qu’un cheval ressent ?

 

Je vous retrouverai demain, le vendredi 14 février, jour des amoureux, de la Saint-Valentin,

pour la suite de cet article et surtout, la présentation progressive de ce dessin !

VENDREDI 14 FEVRIER 2014

Ce cheval blanc que mes mines ont dessiné est un « Pure Race Espagnole » ou PRE (Pura Raza Española), connu également sous le nom de cheval andalou.

Son nom l’indique : il provient, depuis l’Antiquité, d'Andalousie et il a façonné ses paysages, ses coutumes et ses gens.  Grâce à l’existence de pâtures excellentes dans les marais et au bon climat, cette région du sud de l'Espagne est en effet un lieu idéal pour l’élevage des chevaux.

 Voici quatre éléments de ce dessin, quatre éléments de ce cheval P.R.E. !

Le menton

avec ses vibrisses,

les lèvres,

le bout du nez,

les naseaux.

1085470560.jpg

 4011571882.jpg

 

L'oreille,

le toupet,

la salière,

le rocher.

 La crinière

 et la nuque.

2323415532.jpg

1798842239.jpg

les plis du cou.

DIMANCHE 16 FEVRIER 2014

 

Auparavant, l'on privilégiait cette race de chevaux pour la guerre, le transport et le travail.

Elle a aussi éveillé l’admiration des rois, princes et grands seigneurs qui, pendant des siècles, recherchèrent les plus beaux exemplaires.  Ces chevaux de prestige étaient alors appelés "Genêts d'Espagne", de l'espagnol "jinete" qui signifie cavalier.  Puis, ils devinrent les montures idéales pour les gardiens de troupeaux. 

Les éleveurs ont su préserver jusqu’à nos jours une lignée d’une grande pureté.

2717274611.jpg

MARDI 18 FEVRIER 2014

3297864373.jpg

 

3087932052.jpg

 

JEUDI 20 FEVRIER 2014

L'industrialisation et le progrès de ces derniers siècles ont amené le PRE à devenir le compagnon de l'homme dans le sport et les loisirs.  Son caractère est vigoureux et sobre.  Très calme et docile, il est doté d'une excellente mémoire, possédant une grande envie d'apprendre et de très bonnes capacités d'apprentissage.
Toutes les qualités de cette race ibérique, alliées à la magnificence et l’élégance dans ses mouvements, lui permettent d’exceller à différentes exhibitions, comme toréer à cheval*, le dressage vaquera*
*, le dressage de haute école (notamment à l'école royale andalouse d'art équestre), le dressage de compétition et le dressage classique, ainsi que la promenade. Il a également la faveur des écuyers de cirque et de spectacle.  Il sert souvent de monture au cinéma pour son allure et son bon tempérament.

* Dans le toréo, le cheval PRE excelle de par sa bravoure et son courage devant le taureau.

** La doma vaquera (de "doma": dressage et "vaquera", relative aux vachers, les cowboys espagnols) est  issue de l’équitation de travail pratiquée par les vachers espagnols, les vaqueros.

3121565624.jpg

SAMEDI 22 FEVRIER 2014

Ainsi, cette race, qui jouit déjà d'un grand prestige,

acquiert chaque année en Espagne, et en Europe en général,

un plus grand nombre de partisans, qui défendent et soutiennent

la croissance et la reconnaissance de ce beau et noble exemplaire

qu’est ce cheval Pure Race Espagnole.

 1891711284.jpg

Une petite question, avant de vous quitter ce jour :

pourquoi une partie du licou de mon cheval blanc

n'a-t-elle pas été dessinée en noir ?

(les éventuels reflets du soleil ne peuvent être mis en cause)

A jeudi pour la mise sous cadre du dessin...

JEUDI 27 FEVRIER 2014

Vous ne manquez pas le rendez-vous que je vous avais fixé : je vous en remercie.

Entendez-vous aussi ce hennissement ?  Mon cheval blanc me murmure ses pensées à l'oreille : "Tu te souviens ?  Il y a quatre ans, tu encadrais mon portrait."  Un grand moment pour nous deux.  Ecoutons-le !  Comme si c'était il y a quatre ans...

"Mon Maître se réjouit tellement de voir son dessin enfin achevé et encadré : un pari risqué de tenter de dessiner un à un, en gris, chaque poil de ma robe blanche !  Il m'a réussi et je vais enfin pouvoir découvrir le monde...

Mais -petite confidence entre nous- je suis un peu triste car je sais qu'il me délaissera ensuite pour se plonger dans un autre dessin.  Il m'a parlé de son envie de dessiner un éléphant !  Il aime relever de tels défis : plis et rides, vous le savez, ne le rebutent jamais...

Regardez : le cadre est prêt.  Il ôte les coins de protection cartonnés et détache les attaches de fixation métalliques au dos...

331093468.JPG

642884495.JPG

 

Voilà... Doucement...  Le carton de dos est enlevé... Le verre est ôté, chaque face délicatement nettoyée...  Aucune impureté qui risquerait de tacher ma robe immaculée ne peut apparaître...  Jean-Claude m'a toujours parfaitement protégé jusqu'à présent, pendant qu'il me dessinait : pas question de risquer de me salir maintenant...  Il est méticuleux, vous le savez !

2212115329.JPG

 

1300942633.JPG

Que se passe-t-il ?  On ne me voit pas !  Ah, mais rien de plus normal, le cadre de dos est à l'envers...  Patience, vous me découvrirez quand il l'aura retourné...  Attendez encore un instant, vous dis-je, ne trichez pas en allant trop vite voir plus bas avec le curseur.  Quelques attaches à repositionner et puis le tour sera joué.

3892404007.JPG

 

3723290996.JPG

Me voilà !   Comment me trouvez-vous ?  Mais je suis à l'envers ?  Allons, retourne le cadre, Jean-Claude... Voilà qui est fait... Je suis un peu petit ?  Attendez, il va m'agrandir bientôt...

2020047226.JPG

 

2587629157.JPG

Pas terrible, la photo, on ne me voit pas bien, il y a même quelques reflets !  Qu'est-il inscrit sur mon licou ?  Impossible de lire, l'image est encore trop petite.  Jean-Claude, tu n'as pas une meilleure photo ?"  

 

1068992107.JPG

 

 signé : Cheval Blanc

SAMEDI 1er MARS 2014

2878008390.jpg

Je me réjouissais de vous montrer les initiales que mon Maître a inscrites sur mon licou !

Et je vous invite à cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir

quelques agrandissements numériques des détails du dessin.

2878008390.jpg

 

Commentaires

Il s'appelait Stewball.
C'était un cheval blanc.
Il était mon idole
Et moi, j'avais dix ans.

Écrit par : christiana | 14 février 2014

Ugh ! ... répondrait l'Indien !
... avant d'aller se mettre au frais !

Écrit par : Jean-Claude | 14 février 2014

Heureuse de retrouver tes mines Jean Claude, on dirait qu'on s'est donné le mot, après une longue période sans parution pour moi comme pour toi, une longue hibernation.........dans la douleur pour moi, je refais surface et la terre m'aide beaucoup, je le sens hennir déjà ce Stewball comme Christiana !

Écrit par : TIFET | 14 février 2014

J'ai lu avec plaisir, ici puis sur ton blog, que la passion de la terre t'aide, et de belle manière, à refaire surface ! Tout comme je me réjouis de savoir que tu n'es pas insensible au charme de ce cheval blanc et qu'il est donc probable que tu reviendras bientôt le flatter sur le plat du front, ou lui caresser l'encolure.

En ce qui me concerne, l'absence de publication, délibérée, m'a permis de vivre pleinement et avec beaucoup de bonheurs mes principales (ou nouvelle) passions ! Parfois, il est important de ne pas vivre en permanence dans la même routine et de s'ouvrir à d'autres choses...

Écrit par : Jean-Claude | 14 février 2014

Par une journée de printemps, un "manège vivant" s'est arrêté à proximité de mon domicile, à quelques mètres de la mer Méditerranée.

Un cheval, attaché là, solitaire, se repaissait d'une appétissante herbe verte, mais, au fil de ses va-et-vient, il avait enroulé sa longue corde autour d'une de ses jambes. Tout doucement, je me suis approchée, il me regardait, semblant attendre que je libère sa jambe de son lien. Il était si grand, si haut, si impressionnant...

- "Attends, soulève ton sabot. Voilà. Je reviendrai te voir demain."
Reconnaissant, il a penché sa tête vers moi, avec ses naseaux si semblables à ceux de votre dessin, Jean-Claude, et j'ai cru entendre :
- "Merci. Je t'aimerai toujours."

C'était certainement le vent d'Est, vous savez celui qui rend fou... ou bien une participation à la Saint-Valentin de la part de l'immense cheval.

Écrit par : Améthyste | 15 février 2014

Oui, c'était certainement le vent d’autan qui a ainsi troublé ce cheval que vous avez si bien « regardé avec le cœur » (qui, sans doute, était blanc lui aussi, blanc comme le vent d’autan blanc qui souffle à décorner les bœufs...).

Ne manquez pas de retourner le voir : nul doute, il aimera et vous en sera reconnaissant...

Écrit par : Jean-Claude | 15 février 2014

Heureuse de retrouver ton talent, je pense que ce cheval de pure race espagnol, sera magnifique!! Oui, il est bon de varier les plaisirs!! Mais sans aucun doute, les arts permettent de redresser la tête lorsque la vie nous donne des coups durs!! En ce moment, j'apprend le modelage!! A bientôt pour la suite de ton dessin!!BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 15 février 2014

... varier les plaisirs et se ménager du temps pour bien saisir sa chance de pouvoir en bénéficier...

Oui, le travail de la terre – un temps, il y a longtemps, je l’avais pratiqué – peut aider à retrouver un moral mis à rude épreuve ; ou toute autre forme d’art...

A bientôt, Fan, pour la suite du dessin.

Écrit par : Jean-Claude | 15 février 2014

Oulala, superbe tête de cheval!!Avec tes crayons, tu arrives à l'hyperréalisme!!on pourrait croire à une photo en N/B!! Bravo Jean-Claude!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 18 février 2014

Merci, Fan.

Quoi de moins aisé que de dessiner en noir et blanc, ou plutôt, devrais-je dire, en blanc et gris, un cheval blanc !

La qualité des photos que j'avais prises de l'évolution de mon dessin, à l'époque, n'était pas des plus grandes et malheureusement, tous les détails n'apparaissent pas suffisamment à mon goût : l'on aperçoit trop peu tous les poils du cheval dessinés très finement et avec une mine dure de 0,3 mm qui marque à peine le papier.

Je publierai, à la fin, des détails du dessin numérisé en entreprise, le top de la qualité : là apparaîtront beaucoup mieux tous ces détails qui, effectivement, permettent à mon dessin de ressembler de très près à une photo !

Écrit par : Jean-Claude | 19 février 2014

Courageux, vigoureux, calme, docile et doté de tant d'autres qualités, certes, cet élégant cheval Pure Race Espagnole, dessiné avec tous ces détails que seuls vos yeux si attentifs d'Artiste peuvent déceler, mériterait bien d'avoir gravé sur la plaque du licou son nom, mais peut-être est-ce celui du haras ou de son propriétaire ?

Écrit par : Améthyste | 23 février 2014

De plaque gravée sur le licou, il n'y en aura pourtant pas...

Mais je partage votre avis : cet élégant PRE mériterait cependant que le montant de son licou soit personnalisé et porte une inscription avec son nom, celui de son propriétaire ou de son haras.

Ou une autre inscription personnalisée...

A bientôt, Améthyste.

Écrit par : Jean-Claude | 24 février 2014

Cher Jean Claude, je reconnais bien à ta modestie par rapport à ton talent mais je dois te dire que je vois bien les poils de barbe et les autres sur la tête de ce magnifique cheval!!Même le licou est une réussite, Tu es vraiment un super dessinateur à 'oeil acéré!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 24 février 2014

Merci, Fan.
Oui, ces détails apparaissent, mais permets-moi de maintenir ce que j'écrivais en réponse à ton commentaire, mercredi dernier : bientôt, après la "mise sous cadre" du dessin prévue pour demain ou jeudi, je montrerai ces détails photographiés avec du matériel numérique de qualité optimale, et tu verras alors l'étendue de mon talent (oh ! tu vois que je ne suis guère modeste !).

Écrit par : Jean-Claude | 25 février 2014

J'attends Samedi pour admirer ce beau dessin! il est certain que tu l'as "encadré" un peu "ton sur ton" et c'est difficile à l'admirer ce jour!! BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 27 février 2014

chacun de mes dessins reçoit ce type d'encadrement "ton sur ton", couleur crème, qui a l'avantage d'être neutre et discret : une question de cohérence et d'harmonie lorsqu'ils sont accrochés aux cimaises d'une salle d'exposition.

Mais lorsqu'il m'arrive de découvrir que les acquéreurs de mes dessins -ou de leurs reproductions numériques- souhaitent vraiment mettre mon dessin en valeur là où ils l'ont accroché, et n'hésitent pas à remplacer le passe-partout initial par un autre passe-partout davantage coloré, afin de l'intégrer au mieux dans ce nouvel environnement, cela me réjouit !

A samedi...

Écrit par : Jean-Claude | 27 février 2014

Salut, beau Cheval Blanc ! Dans mon monde fantastique, les animaux aussi parlent avec les êtres humains, lisent et écrivent.

Toi, qui renais sous les mines magiques de ton Maître, et bientôt renaîtras encore sous les feux du matériel numérique, sais-tu si les mines blanches, blanc de boule de neige, blanc chat angora, blanc de voix cassée, blanc de nuit sans rêve, pour dessiner sur fond gris, existent ?

Signé : Cheval du manège vivant.

Écrit par : Améthyste | 28 février 2014

Des mines d’une blancheur si fantastique existent-elles ? Oui, je le crois. Les artisans-brodeurs les utilisent pour les patrons de leurs tissus.
Des mines d’une si grande pureté et légèreté existent-elles ? Oui, je l’imagine.

Mais, vous savez, mon Maître craint, et je le crois sincère, ne pouvoir maîtriser la couleur.
Oh, il n’est presque plus vraiment jeune, à peine presque vieux –c’est pourquoi tes rides ? disent ses petits-enfants-, et souvent, il n’ose plus s’aventurer dans des mondes inconnus, sauf dans des rêves de paradis blancs à la Michel Berger...

C’est pourquoi il m’a choisi comme modèle, la chance de sa vie : auparavant, je l’avoue, j’étais un PRE gris, plutôt noir même à la naissance. Mais en vieillissant, ma couleur grise –une couleur sans pigmentation- s’est progressivement transformée en blanc : je ne le parais pas, mais je suis à la fin de ma vie !

« Tu illumines », me dit jalousement Jean-Claude, qui n’est encore que grisonnant ! "Quel bonheur de t'avoir rencontré, moi, le passionné du dessin en gris sur blanc."

Signé : Cheval Blanc.

Écrit par : Cheval Blanc, Cheval de Rêve | 28 février 2014

De retour de vacances, je reprends contact avec les blogs amis. J'ai pris un peu de retard mais je reviendrai lire tout cela dès que j'aurai défait mes valises. A très bientôt.

Écrit par : christiana | 08 mars 2014

Merci pour ce rapide passage...
Défaire tes valises dès ton retour du Carnaval de Venise ? Tu plaisantes ?
Permets-moi un conseil : oublie-les, et profite plutôt de ce week-end estival annoncé et qui risque bien de tenir toutes ses promesses...

Écrit par : Jean-Claude | 08 mars 2014

Sur le licou , c'est j c v l'inscription !

Écrit par : jeff | 26 mars 2014

Par humour plus que pour toute autre raison, je m'étais effectivement amusé à inscrire les initiales de mes prénom et nom !

Écrit par : Jean-Claude | 29 mars 2014

Écrire un commentaire