Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juin 2013

Le Petit Prince

 

"Les grandes personnes ont d'abord été des enfants.  Mais peu d'entre elles s'en souviennent."

(Antoine de Saint-Exupéry)

 

330446176.jpg

- un dessin de 1978 - 

le Petit Prince 

Est-il...

Espiègle, vif, éveillé ? 

 Malicieux, polisson, coquin ?

 Fripon, moqueur, garnement ?

 Ou tout simplement ... Petit Prince ?
 

 

« Et puis regarde !  Tu vois là-bas, les champs de blé ?  Je ne manque pas de pain.

 Le blé pour moi est utile.  Les champs de blé ne me rappellent rien.  Et ça, c’est triste !

 Mais tu as des cheveux couleur d’or.  Alors, ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé !

 Le blé qui est doré, me fera souvenir de toi.  Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé ...

 Le renard se tut et regarda longtemps le Petit Prince :  « S’il te plaît ...  Apprivoise-moi, dit-il. »

 

Le Petit Prince et le Renard » (Saint-Exupéry)

  

3981425580.gif

 

Commentaires

"Tu seras alors pour moi, unique au monde et je serai pour toi, unique au monde".....

Écrit par : christiana | 01 juin 2013

Mais pour réussir à m'apprivoiser...
"Il faut être très patient. (...). Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près..."

Écrit par : Jean-Claude | 01 juin 2013

Ce charmant enfant blond, aujourd'hui, doit avoir une belle quarantaine d'années. Peut-être devenu architecte d'intérieur, ou bien styliste, reste-t-il éternellement soucieux de son "look" qu'il arbore toujours avec un sourire moqueur ?

Ce bel enfant, dont vous avez si bien su, avec vos mines, Jean-Claude, saisir les yeux sombres, encore plus sombres d'être enfoncés dans leurs orbites, dont vous avez découvert ce regard venu d'ailleurs, tomba probablement d'une autre planète...

L'adulte, l'homme accompli, a conservé, dans une poche de son costume à l'avant-garde de la mode, une photographie de votre dessin et, le regard ravageur, la fossette, compagne d'enfance du coin de lèvres retroussé, l'admire, s'admire...

Écrit par : Améthyste | 02 juin 2013

J'y pense : peut-être l’ai-je parfois croisé sans le reconnaître ?

Dès à présent, je serai plus attentif aux quadragénaires correspondant à la description que votre regard toujours aussi attentif vous a permis d’imaginer à partir de ce portrait d’enfant !

Merci !

Écrit par : Jean-Claude | 03 juin 2013

Les commentaires sont fermés.