Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 février 2013

Le succès du "Baby Cachemire" : une menace ?

 


 SUIVEZ  PAS  A  PAS  L'ELABORATION  DU  DESSIN 

"BABY  CASHMERE"

JUSQU'AU DESSIN ACHEVE EN BAS DE PAGE


LUNDI 18 FEVRIER

Si vous m'avez suivi, ces derniers jours, dans le cheminement de mon dessin "pas à pas",

rappelé ci-dessous, le "Baby Cachemire" ne vous est plus vraiment inconnu...

 

166625739.JPG

ETAPE 1

449231032.JPG

ETAPE 2

337727593.JPG

ETAPE 3

1016515166.JPG

ETAPE 4

3900826200.JPG

ETAPE 5

559487996.JPG

ETAPE 6

Ce n'est non plus un secret : les médias parlent souvent du processus de la mondialisation qui affecte l’avenir des cultures locales et des peuples autochtones, et dès lors la diversité culturelle de notre Terre.  Ainsi, l’augmentation de la demande de « Baby Cachemire » par notre société de consommation provoque l’acculturation des Mongols.  

Je vous invite à méditer le message de cette vidéo : elle décrit le développement durable comme « un équilibre fragile entre l’environnement, l’homme et la richesse » et pose, clairement et pertinemment, cette question : le succès croissant de cet or en fibre est-il une voie durable de développement pour ce peuple nomade de Mongolie ?

- Le développement durable ou le très court récit de la longue histoire du pull en cachemire -

- vidéo mise en ligne sur YouTube le 14 décembre 2009 -

- réalisation : Renaud Callebaut ; d'après une idée originale de Valérie Blondeau -

 

801043245.JPG

dessin au portemine 0,3 mm "BABY CACHEMIRE"  étape 7

 

 

Image du Blog ypjane.centerblog.net

JEUDI 21 FEVRIER

Inéluctablement, le succès mondial du cachemire provoque la sédentarisation des éleveurs mongols.  

Répondre à la demande et augmenter les revenus : ces besoins obligent les nomades à multiplier considérablement le nombre de chèvres cachemire dans leurs troupeaux de moutons avec, comme conséquences surpâturage, dégradation et appauvrissement des sols des steppes, tarissement des puits.

Le mode de vie traditionnel des bergers se modifie, dramatiquement.  En réduisant le nombre des moutons de leurs troupeaux, les Mongols se privent de la viande nécessaire à l’alimentation, de la laine pour leurs habits, du cuir pour leurs yourtes.  En outre, ces dernières années, de longues périodes de sécheresse et de grands froids ont décimé les cheptels, rendant l’élevage plus difficile encore.

La société nomade est en voie de disparition : les éleveurs, découragés, abandonnent leur environnement traditionnel et leur mode de vie ancestral, en quête d’un autre travail, notamment dans l’industrie.  Ils se sédentarisent et viennent grossir la population des périphéries des villes (à Oulan-Bator vit un tiers de la population totale du pays) dans des bidonvilles marqués par la misère, l’alcoolisme, la violence et l’analphabétisme...

En quittant la steppe, les Mongols perdent leur identité culturelle.

1882599314.JPG

dessin au portemine 0,3 mm "BABY CACHEMIRE"  étape 8

 

 

Image du Blog ypjane.centerblog.net
DIMANCHE 24 FEVRIER

 

Nyamaa Dondog regarde droit dans l'objectif.  

Elle a dix enfants. 

L'un de ses fils, Ganbaatar,

est depuis des années un contact commercial apprécié de Loro Piana.

2127677251.JPG

dessin au portemine 0,3 mm "BABY CACHEMIRE"  étape 9

 

4141051056.JPG

"Chaque année au printemps, la maison italienne Loro Piana se rend chez moi en Mongolie,

afin d'acquérir ma précieuse récolte de baby cashmere.

2897193710.jpg

Ils doivent accomplir un long voyage en camion au départ de la capitale Oulan-Bator. 

1528929424.jpg

Il vous sera bientôt conté ici lorsque mon portrait vous sera présenté, achevé."

Nyamaa Dondog

 


Image du Blog ypjane.centerblog.net

MERCREDI 27 FEVRIER

3944529170.JPG

dessin au portemine 0,3 mm "BABY CACHEMIRE"  10e et dernière étape


Nyamaa Dondog regarde droit dans l'objectif.

Ce n'est pas un hasard si cette photo est en page de couverture d'un superbe livre,

à feuilleter sans aucun doute, avant tout, pour la beauté de ses photos... 

Ce n'est certes pas un hasard : n'est-elle pas magnifique ? 

Et quel est ce livre ? 

Je vous invite à cliquer sur la page de couverture ci-dessous !


 2242574519.jpg


Image du Blog ypjane.centerblog.net

JEUDI 28 FEVRIER

3543464257.bmp

Cette image est bien plus belle que tout l'or du monde...

Image du Blog ypjane.centerblog.net

Commentaires

Il ou elle doit apprécier la caresse de l'oreille de ce petit chevreau ! C'est vrai qu'à ce stade de ton dessin je ne sais s'il s'agit d'un homme ou d'une femme, ses rides me rappellent Lalibela ............

Écrit par : TIFET | 19 février 2013

Je ne sais qui savoure le plus cette étroite étreinte : le chevreau tendrement protégé ? Peut-être ce fier berger, ou cette bergère ravie de poser face à l'objectif ?
Ah oui, ces belles et profondes rides qu'il me plaît tant de dessiner, comme celles de Lalibela, et de bien d'autres...

Écrit par : Jean-Claude | 20 février 2013

Quelle excellente idée, Jean-Claude, d'avoir présenté sous cette forme de tableau les différentes étapes de votre dessin !

Je trouve surprenant et amusant un détail : les poils de ce délicieux chevreau semblent emprunter les mêmes directions que les cheveux et les rides du personnage qui le tient dans ses bras...

Écrit par : Améthyste | 19 février 2013

Ce détail que vous observez avec tant de justesse, je ne l'avais pas remarqué en travaillant : sans doute étais-je trop concentré sur chaque poil ou ride à représenter ?
j'aime beaucoup percevoir à travers vos mots qu'un regard observateur s'est longuement posé sur mon dessin comme sur la mise en page de cet article. Merci !

Écrit par : Jean-Claude | 20 février 2013

Je ne sais pas si je suis au bon endroit pour mon commentaire...?
Toujours un peu de mal à m'y retrouver...

Un visage ridé et expressif comme tu les affectionnes, un beau contraste entre la rudesse de la peau tannée par les éléments naturels et la douceur des poils du chevreau.

Écrit par : Christiana | 22 février 2013

Merci Christiana pour ton regard d'artiste (communiqué au bon endroit !), ton regard "Sans Pareil", ce regard que tu portes à un dessin que j'affectionne beaucoup et que j'ai aimé créer, pour ces raisons que tu as parfaitement perçues !

(entre nous : "La Sans Par" a, pour moi aussi, livré tous ses secrets)

Écrit par : Jean-Claude | 22 février 2013

Superbe dessin, comme à l'accoutumée.

Dans l'exact prolongement de la remarque d'Améthyste, - et avant de la lire -, en scrutant chaque détail que tu nous invites à regarder autrement que banalement, j'avais eu la belle impression que l'oreille droite du petit animal venait, marque d'affection suprême, caresser la joue de Madame Dondog ...

Écrit par : Richard LEJEUNE | 27 février 2013

... déjà précédemment, Tifet s'était montrée très sensible à cette apparente caresse du petit chevreau envers sa maîtresse ...
Alors, pour Tifet, pour Améthyste, pour toi, je viens d’insérer en toute fin d’article une autre superbe photo de Madame Dondog et de Bébé Cachemire. Le doute n’est plus permis : l’affection et la recherche de câlins sont aussi flagrantes qu’émouvantes !

Écrit par : Jean-Claude | 28 février 2013

Le chevreau (tellement mignon, je craque!) regarde droit dans l'objectif lui aussi... Quel cabotin!

Écrit par : christiana | 27 février 2013

Ah mais moi aussi je craque (c'est pourquoi je l'ai dessiné !).
Oui, il fixe lui aussi l’objectif, mais j’imagine sans peine qu’il était en mouvement lors de la prise de vue, et que cette photo instantanée le fige dans un immobilisme qui n’était sans doute que très passager !
Tu le trouves vraiment cabotin ? Oh, moi je lui accorde des manières plus naturelles que cabotines...

Écrit par : Jean-Claude | 28 février 2013

Combien j'aime ces couleurs qui ensoleillent le fond discret et élégant de votre blog ! Dessins et photographies sont animés d'une vie intense ; pour preuve, les yeux de Nyamaa Dondog et du chevreau si câlin paraissent pétiller de concert.

Le Cachemire, la Mongolie, une maison italienne et... la Chine ! Oui, je l'avoue, j'ai déjà cliqué sur la couverture de ce livre, "Baby Cashmere", et je me plongerai dans les extraits de ses pages dès ce commentaire écrit. Tant et tant de choses à découvrir, à regarder, à lire, déjà..., encore...

Écrit par : Améthyste | 27 février 2013

Votre regard attentif a perçu la douceur de ces couleurs de fond que j’ai choisies élégantes et discrètes, et je m’en réjouis. Ces couleurs en arrière-plan de mes textes ou dessins évolueront en fonction des prochains thèmes abordés...

« Tant de choses à découvrir, à regarder, à lire,... » Pourtant, je n’en suis qu’à ma première note !

(Oh, si les journées comptaient 48 heures, il est certain que mes visiteurs déborderaient de nouvelles notes agrémentées de fréquentes mises à jour)

Écrit par : Jean-Claude | 01 mars 2013

Cette dernière photo est adorable, un symbole de douceur et de tendresse...

Écrit par : christiana | 02 mars 2013

Douceur et tendresse valent plus que tout l'or du monde !

Écrit par : Jean-Claude | 04 mars 2013

Bébé Cachemire semble esquisser un tendre sourire. Un mimétisme étrangement doux...
Merci, Jean-Claude, pour toutes ces délicieuses découvertes !

Écrit par : Améthyste | 02 mars 2013

Cette douce et souriante étreinte entre cette dame et son chevreau, ces tendres sourires esquissés sont d'une émouvante beauté !

Écrit par : Jean-Claude | 04 mars 2013

Écrire un commentaire